Tizombi, un appétit féroce et William à Sérignan

Une gamine qui broie du noir avec des parents qui passent leur temps à s’engueuler et à se flanquer des tartes, un cimetière très sympa avec quelques autochtones qui bouffent du cadavre, voilà le décor de ce petit dernier de Cazenove et William au dessin. Tizombi est une série que n’aurait pas renié Mercredi Adams, chronique d’une jeune fille épargnée par les (gentils) profanateurs de  sépulture pour cause de talent littéraire. Des histoires courtes drôles et décalées avec des personnages qui savourent au sens propre du terme tous les voisins ou égarés de passage dans leur cimetière. Sauf bien sûr leur nouvelle copine qui s’installe chez eux. A noter que William sera au prochain festival de Sérignan.

TizombiElle y entre un peu par hasard dans le cimetière qui est près de chez elle, la gothique Margotik. Ras le bol de ses parents et vive l’aventure mais de là à tomber sur une bande de zombies affamés. Faut qu’elle réagisse et elle apprend que chaque cimetière a droit à son nombre de zombies. Elle va en profiter pour prendre des notes sur ses nouveaux copains. Fatal est un zombie quelque peu enrobé qui prend la personnalité de ses quatre heures. Normal. Tizombi est un vrai morfale. Et il y a aussi Tékaté la zombinette. Le vieux sage Tribiade, chef des zombies et au crâne scalpé va accepter que Margotik reste encore un peu au cimetière.

La Nuit des morts vivants façon Cazenove mais en beaucoup plus drôle et savoureux. Ce qui n’est rien de le dire. Ils sont un peu bizarres ces zombies, avec quelques failles dans leur cerveau ramolli. Du gore qui fait rire, des coups de pelle qui tranchent dans le vif et un dessin éclairé de William, animé et léger. Elle a du charme Margotik et sûrement un bel avenir. A condition de ne pas servir de collation à l’un des zombies qui tournent dans le coin. Ils ont un appétit féroce Tizombi et ses copains.

Tizombi, Bamboo édition, 10,60 €

Tizombi