Michel Vaillant T2, un record électrique

Michel Vaillant est à la BD auto ce que Buck Danny est à la BD aéro. Un roc indétrônable, Vaillant qui ne bouge pas d’un poil depuis ses débuts malgré qu’aujourd’hui il soit le père d’un garçon de vingt ans. Le père et le fils vont faire cause commune dans Voltage pour que la marque Vaillant se couvre une fois de plus de gloire dans un record de vitesse.

Michel VaillantOn lui a sucré sa licence à Michel Vaillant (voir épisode précédent). Il a des états d’âme et finit par se laisser convaincre par son frère Jean-Pierre, le sage de la famille, qu’il y a un record à battre à bord d’un bolide électrique sur la piste du Lac Salé. En même temps son fils réinvente la roue et le véhicule du futur tout en refusant d’intégrer l’entreprise familiale.
Michel relève le défi. Son fils lui file un coup de main informatique et le paye cher. On retrouve Steve Warson (méconnaissable) qui se lance dans la politique. Le femme de Michel est jalouse quant à papy Vaillant il boude comme toujours. On ne boude pas vraiment son plaisir car tous les repères Vaillant sont de la partie dans cet album. Graton et Lapière sont au scénario. Bourgne et Benéteau au dessin dans la lignée Vaillant également. Mais Jean Graton c’était autre chose.

Michel Vaillant, Nouvelle saison, Tome 2, Voltage, Graton-Dupuis, 15,50 €