Angel Wings T4, mission secrète dans le Pacifique avec Romain Hugault

Retour sur les eaux turquoises du Pacifique. Avec le tome 4 d’Angel Wings, Paradise Birds, on a quitté les brumes birmanes pour s’envoler vers le soleil des îles récemment conquises au prix fort par les Marines américains. Romain Hugault et Yann ont mis plein gaz pour cette nouvelle aventure de leur Miss Mc Cloud, Angela pour les intimes. Un tempérament de feu, un as du pilotage, un physique à damner un saint, et en prime cette fois, un coup tordu monté par l’OSS, tout récent service de renseignement US ancêtre de la CIA mais en plus doué. Alors comment Angela va se tirer du guêpier dans lequel on l’a embarquée ? On va vous en dire un peu, pas tout bien sûr car dans ce tome 4 le suspense prend de l’altitude sous le crayon magique de Romain Hugault qui sera à Saint-Malo en dédicace.

Angel WingsVol en hydravion vers une île paumée du Pacifique. Angela trimballe l’actrice Betty Lutton qui doit redonner le moral aux Marines. Sauf que la chasse japonaise aimerait bien faire un carton sur leur zinc. Heureusement deux Corsair leur sauvent la mise. Atterrissage forcé à la Angela, efficace, qui apprend qu’elle en a fini avec son rôle de baby-sitter de l’actrice déjantée aux amphétamines pour accompagner un pilote japonais qui pourrait servir d’intermédiaire dans une possible paix séparée avec le Japon. Cela afin d’éviter des dizaines de milliers, voire des millions de morts dans le cas d’une invasion militaire du Japon, pas à pas. Angela dépose le commando dont fait partie son boy-friend William et se souvient d’une conversation avec sa sœur qui semblait détenir de dangereuses informations.

Angel Wings
La couverture de la version grand format

Un scénario de Yann, c’est toujours un joli bouquet de surprises et de rebondissements. On n’y échappe pas et Angela a de quoi faire. Elle a du caractère Angela, du courage mais sait aussi avoir du chagrin. Ce n’est pas une super-héros. Bringuebalée par la guerre elle fait face. On s’y est attaché et Romain Hugault lui donne toute sa dimension humaine avec certes un joli physique. Si on parle avions, dessin, on reste souffle coupé. Corsair, Catalina, Avenger, Zéro, on en passe, sont sublimes. Idem pour les ambiances, les cadrages, les plans. Ou pour les couleurs qui accentuent les détails. Aucune erreur, même le difficile camouflage des treillis Marines est réussi, comme les blousons G1 de l’aéronavale. Du grand art et une très bonne histoire.

Angel Wings, Tome 4, Paradise Birds, Paquet, 14€

Paradise Birds