Interview : Romain Hugault part avec Angela en Corée dans Mig Madness qui sort en mars 2022

Un point d’étape comme on l’a souvent fait avec Romain Hugault dont on suit les travaux avec passion et amitié. Après Saint Ex, On savait qu’Angela irait faire un tour en Corée au début des années 50, pendant la guerre qui a vu les USA se battre contre l’invasion du Sud par les communistes coréens du Nord soutenus par la Chine. Et où on avait frôlé l’utilisation de l’arme atomique par un général MacArthur désavoué par le président des États-Unis. Mig Madness est le titre du premier volet de ce diptyque qui devrait être le dernier de la série Angel Wings. Romain Hugault, avec toute sa gentillesse et sa disponibilité, son talent, en dit plus et annonce des surprises sur lesquelles nous reviendrons. Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC.

Romain Hugault
Romain Hugault ®

Après Saint-Ex, Romain Hugault où quand va-t-on retrouver Angela ?

Je vais être honnête, je suis en train de dessiner une prison nord-coréenne et ses latrines (rires). Le bouquin est sur les rails. Il sera dans les temps et j’en suis à la planche 31. Il sortira en mars et ce sera un nouveau diptyque pour Angela. On est en 1953, 54, et elle a trente ans. Mig Madness sera le titre de cet Angel Wings. C’était le nom d’un syndrome des pilotes US qui voulaient à tout prix abattre du Mig et se tirait la bourre, faisaient la chasse aux victoires sur Mig Alley.

On sait qu’on est pendant la Guerre de Corée, sans trop en dire. Angela est toujours pilote ?

Oui bien sûr, on a suivi le vrai itinéraire ces Wasp de l’époque. La guerre finie en 1945, on les a renvoyées aux fourneaux. Il y a plein de femmes pilotes qui se sont retrouvées au chômage. Celles qui voulaient continuer à voler ont été copilotes sur des Dakotas avec des pilotes inexpérimentés. On les a négligées. Après la première guerre mondiale, il y a eu les années folles avec des femmes qui ont pris leur liberté. On pensait que ce serait pareil au début des années 50. En fait cela a été le contraire. Elles devaient rester à la maison en bonne mère de famille. Angela ne suit pas vraiment cette mouvance mais elle est reléguée à être pilote d’avion télécommandé, un T33, une sorte de drone avant l’heure, un Thunderbird avec le pilote à l’avant et derrière un pilote qui dirigeait le T33 drone. Ils faisaient des tests ou des exercices.

Mig Madness
En plein travail pour un Fairchild. Romain Hugault ®

Donc Angela se retrouve en Corée et qu’est ce qui va lui arriver exactement ?

Elle va se retrouver embarquée dans une mission d’ex-filtration d’un personnage auquel elle tient. C’est un mélange. On a la CIA présente et Angela fait partie de l’équipe pour une mission spéciale. Je suis tombé sur un truc de dingue, Yann avait mis le doigt dessus. Il y a une petite île coréenne pas loin des côtes de la Corée du Nord. C’était une enclave de la Corée du Sud et les Américains en avaient fait une base secrète, la K53, sans piste, les avions se posaient sur la plage et je l’ai dessinée. J’ai même des photos de Sabre au sol.

Mig Madness
Et le résultat final sur le sable de K53. Romain Hugault ®

Se poser sur du sable ce n’est pas évident.

Le sable dur c’est comme du béton en fait. J’ai un copain qui a un Sabre, le seul en Europe. Je lui ai montré la photo. Gérer le réacteur sans aspirer de sable, cela devait être incroyable. Il m’a dit qu’ils étaient dingues. Quand ils faisaient une mission au-dessus de la Corée Nord, à la fin, trop court en carburant, les pilotes US coupaient les réacteurs pour l’économiser, descendaient en vol plané. Ils redémarraient pour se poser. Plus je me documente, que ce soit pour Angela ou le Pilote à l’Edelweiss, je découvre des trucs de fous. Sur les Shooting Star, ils partaient du Japon et avaient besoin de réservoirs supplémentaires sous les ailes. Souvent il fallait les vidanger et ça ne marchait pas quand ils ne pouvaient pas les larguer. Un pilote US avait trouvé la méthode. Il ouvrait la verrière et au Colt il tirait sur le réservoir pour faire des trous et le vider. C’était devenu la procédure officielle.

Mig Madness
Tigercat au sol. Romain Hugault ®

Il y aura beaucoup de combats aériens dans cet album ?

Quelques-uns mais beaucoup plus dans le second. Comme je n’ai que deux tomes c’est un peu frustrant. Je ne peux pas tout mettre. C’est très axé sur le Panther et sur la Navy avec des missions où on verra du Tigercat, un des derniers gros avions à hélice. On s’éclate mais pour l’instant je suis dans les latrines (rires). J’ai trouvé des photos très dures sur les camps de prisonniers.

Grumman F7F-3P Tigercat
Et en vol, le vrai. Kogo ®

Il y a des scènes de combat au sol comme dans le film Pork Shop Hill en français La Gloire et la Peur avec Gregory Peck ?

Non pas pour l’instant, je suis obligé de resserrer. Et il y aura toujours par contre une part sentimentale dans l’histoire. Après ces deux tomes je veux passer à autre chose.

C’est-à-dire ?

On laisse la fin ouverte mais j’ai besoin de changement mais je n’ai aucun problème avec Yann, bien au contraire. J’ai un projet personnel en tête, aéronautique bien sûr, moderne mais pas récent. Mais chut, je te le dirai en priorité. Promis. Mais avec un autre scénariste. Ça pourrait surprendre. Je le souhaite. J’ai également un autre projet avec Bernard Chabbert mais là aussi chut, dans la lignée de Saint-Exupéry.

Lockheed T-33 Shooting Star
Un Shooting Star biplace. MSGT GUIDO LOCATI ®
5/5 - (13 votes)