Supergroom, un nouveau départ pour Spirou

Quand Supergroom a été pré-publié dans Spirou, sincèrement on a un peu zappé les pages, pas vraiment accroché par cette révolution des aventures du groom. A quoi allait bien servir ce super-héros masqué qui plus est concurrencé par une donzelle et bardé de gadgets qui voulait s’offrir une seconde jeunesse. Spirou, on l’a connu, et c’est un des rares avantages de l’âge, dans son journal signé par Franquin, avec Zorglub en direct, dans le recueil du journal offert à Noël jusqu’à Tome et Janry ou, miracle, Emile Bravo. Alors Supergroom, on repassera. Et ne voilà-t-il pas qu’arrive tout chaud l’album sorti des presses avec une couverture éclatante, un Spip en émule de Robin. Plus du tout le même contexte, on se met à enchainer les pages, on assimile le propos, on plonge en apnée dans une histoire rigolote et on découvre que l’excellent Fabien Vehlmann a bien préparé son coup suivi par un Yoann qui a recadré ses personnages. Mea culpa et c’est reparti pour un tour.

Supergroom

Spirou héros un jour héros toujours, pas sûr. Spip assure le service après vente. Un brin décalé le Spirou et dépassé, oublié, relégué aux magasin des accessoires. Alors il a une idée de génie avec Pacôme, un canular, incarner Supergroom, un justicier à votre service avant de révéler que, oui, c’est bien lui Spirou. Sauf que ce n’est pas une réussite, on l’a vu et il l’a bouclée Spirou sur son Supergroom. Il a repris sa vie mais a fait une grosse déprime. Vive la jardinage et les associations de quartier, la retraite en un mot. Sauf que Champignac lui apprend que Supergroom est de retour. Impossible mais vrai. Un concurrent qui va l’obliger à remettre son costume d’urgence.

Supergroom

Pris au piège le Spirou qui va devoir affronter son sosie, la police, un taré à gros muscles, un promoteur véreux mais bénéficier du talent de Pacôme. Jamais perdant papy Spirou et Vehlmann se laisse aller, débride le moteur, met au monde un génie du mal beau mec à la masse, défend le vieux Bruxelles et relance le tout en fin d’album. Comme quoi l’album parfois peut changer la donne par rapport à une prépublication. Et voilà, il y aura une suite, une épisode 2 qu’on espère bien charnu, riche en protéines et en fibres. Un nouveau départ.

Supergroom, Tome 1, Justicier malgré lui, Dupuis, 13,95 €

Justicier malgré lui