Archives : Bravo à Émile Bravo pour Spirou sans oublier Jules

Il avait bluffé critiques et public. On savait que Émile Bravo avait du talent mais réussir à revisiter Spirou, à lui rendre son âme comme il l’a fait avec le Journal d’un ingénu, chapeau. C’est ce qu’on disait à l’époque, en 2008, dans un article paru dans Midi Libre. Bravo à Bravo. On connaissait le travail de Bravo souvent rencontré, interviewé mais là l’émotion était encore plus au rendez-vous. Alors que vient de sortir la suite du Journal, Spirou l’espoir malgré tout (il y aura encore trois albums à suivre), ligneclaire.info re-publie cette chronique et un autre sur Les Aventures de Jules signées aussi par Bravo, auteur d’un talent rare. Textes Jean-Laurent TRUC

Spirou a enfin un vrai passé

Quand à la fin des années trente un petit groom devient le héros d’un journal belge pour enfants personne ne se serait douté que soixante-dix ans plus tard Spirou, car c’est de lui qu’il s’agit, serait encore un personnage incontournable de cette BD qui a désormais pignon sur rue et s’offre le luxe d’avoir conquis le marché de l’art moderne.

SpirouAvec Spirou, Le Journal d’un ingénu que signe Émile Bravo chez Dupuis, au dessin et au scénario, on sait enfin pourquoi Spirou est Spirou, pourquoi il est groom dans un hôtel, que son meilleur ami est Spip l’écureuil qui a une conscience, que Fantasio est un reporter en mal de scoop, que Spirou plait aux filles, les embrasse et qu’en prime il aime la liberté et la démocratie. Avec un dessin dans la ligne de Rob-Vel premier dessinateur en 1937 de Spirou Émile Bravo (dont l’album Ma Maman est partie en Amérique est un vrai bonheur primé à Angoulême cette année) a avec talent, humour et beaucoup d’idées donné sa carte d’identité à Spirou dans une Belgique qui devient pour l’occasion, en 1939, la plaque tournante des tractations qui vont aboutir au dépeçage de la Pologne et à la Seconde Guerre Mondiale. Le tout avec des références tout à fait volontaires au vrai héros de l’époque un certain Tintin reporter qui des culottes de golf. Sans oublier des bases historiques évidentes qui n’alourdissent en rien le scénario bien au contraire.

Le Journal d’un ingénu

L’action est bien menée par Bravo qui tout en respectant le côté nostalgique a su apporter sa propre vision de cet ingénu de rouge vêtu et qui le restera ensuite avec Franquin, sommet jamais vraiment revisité. Le pari pour Bravo était osé, voire difficile car on sort avec son album du simple cadre de la jeunesse du héros qui sera selon Fantasio le plus ridicule avec son costume rouge de tous les héros présents et à venir. Bravo a su séduire avec intelligence. Son découpage et son trait y sont aussi pour beaucoup. Pudique, souriant, émouvant, Bravo a désormais Spirou pour fils adoptif.

Spirou, Le journal d’un ingénu, Dupuis, 13 €

Bravo et Jules sauveurs de la planète

Une Épatante aventure de JulesÉmile Bravo est un enchanteur. C’est aussi un poète et bien sûr un auteur complet, brillant, enthousiaste, découvreur d’horizons. Avec Une Épatante aventure de Jules dont le tome 6 est sorti, Bravo a créé un monde pour tous, jeunes compris c’était le but, qui associe vie au quotidien, fantastique, et tentative de faire réfléchir ses lecteurs tout en les distrayant.

Bravo dit avoir inventé Jules pour qu’il pose les questions que lui-même se posait enfant. Cette fois, dans Un plan sur la comète, Jules va devoir essayer de sauver la Terre d’un collision dévastatrice avec une comète. Mais Jules a des copains extra-terrestres qu’il faut convaincre que les humains ont le droit de survivre après ce qu’ils ont fait à leur planète. Avec humour et des pirouettes scénaristiques endiablées, Bravo sait traiter les sujets les plus graves. Et on aime cette simplicité associée à un dessin clair, vivant et charmeur.

Une Épatante aventure de Jules, Tome 6, Un plan sur la comète, Dargaud, 15,95 €

Un Plan sur la comète