Noé, la Bible revisitée par Aronofsky dont le film tiré de la BD sort le 9 avril

De Noé, on connaît l’arche qui contient toutes les espèces animales et un couple d’humains, le déluge qu’il a anticipé et qui va détruite toute vie sur Terre. Dieu n’est pas content et fait un grand nettoyage. En reprenant le mythe, le réalisateur Darren Aronofsky, Handel et Niko Henrichon au dessin ont signé l’une des œuvres les plus fortes de la BD contemporaine. En sortant en intégrale, Noé se lit avec encore plus de plaisir et apporte aux lecteur toute sa force évocatrice. Le film, lui, sortira le 9 avril avec Russel Crowe, Anthony Hopkins, Emma Watson.

Noé Noé fait des rêves aquatiques. Il est bientôt persuadé que la folie des hommes conduit le monde à sa perte.  Il essaye d’évangéliser les humains mais il est rejeté, sa maison brûlée, son troupeau dévasté. il décide de partir vers le mont Ararat, le plus haut sommet de la région et se heurte aux géants. Og, l’un d’entre eux, va aider Noé et sa famille. Noé va consulter son grand-père qui lui confirme qu’il est l’élu. Noé commence à bâtir l’arche et à recueillir toutes les espèces animales existantes. Seul l’homme sera exclu de ce dernier voyage. Ses fils en seront mais accompagné par une jeune fille stérile. Noé ne veut pas que la folie des hommes contaminent son œuvre. La race humaine doit disparaître.

On suit donc pas à pas Noé accomplir sa mission divine, ses combats contre ceux qui voudraient embarquer sur l’arche, contre ses propres enfants. En ajoutant une part fantastique à l’épisode biblique de l’arche, Aronofsky, Handel et Henrichon l’ont rendu plus attrayant pour un large public. Noé n’est pas un marrant. Il est à la fois un mage, un guerrier et un visionnaire. Le principal de l’intrigue repose sur l’avenir de l’homme dans cette fuite éperdue pour préserver la nature. Qui est le plus important ? Un message très actuel dans un monde ravagé où l’écologie ne fait plus recette aux risques et périls de l’humanité. Aronofsky jette les bases de vraies questions avec ce Noé qui interpelle tout en distrayant.

Noé, L’intégrale, Le Lombard, 29,90 €