Emma Wrong, trois petits tours mortels

La dessinatrice Laura Guglielmo a obtenu le Prix de la Ville du festival BD de Sérignan version 2019. Son Emma Wrong est en effet une œuvre au dessin très kitsch, réaliste qui cadre parfaitement ce roman noir, voire d’espionnage au scénario signé par Lorenzo Palloni. Dire que le récit n’est pas un long fleuve tranquille est un euphémisme. Il faut suivre pas à pas Emma Wong (le Wrong du titre est un clin d’œil pour anglicistes au jeu trouble de la brune) dans une aventure où se coupent des destins multiples dans un huis-clos sous le soleil brûlant d’une explosion atomique.

Emma WrongUn motel de luxe le Hot Rock, on se bouscule pour assister au gros boum d’une bombe atomique dans le désert du Nevada. Sans savoir à l’époque les conséquences. Des couples amoureux, des personnes âgées, un pasteur, et une brune superbe, Emma Wong. On est en janvier 1951. Emma cherche quelqu’un, trouble les mâles et montre des photos pour savoir si on reconnait les personnages. Sa beauté excite un riche texan. Mais Emma a des dons de combattante entrainée. D’où vient-elle et qui est-elle vraiment ? Elle élimine peu à peu les suspects façon Dix petits nègres mais sans les tuer. Elle se souvient de son enfance. Et de Michael Olderson. C’est lui qu’elle cherche mais existe-t-il vraiment ? On meurt beaucoup ensuite autour d’Emma mais elle n’abandonne pas sa quête dans ce motel où elle est certain que se cache la vérité.

Laura Guglielmo
Laura Guglielmo. Photo JLT ®

Un scénario très écrit que défend le dessin. Pistes ouvertes, fermées, avortées, violence pure, Emma Wong est une rude même si elle a en face d’elle quelques cas douteux. Un album très étonnant avec une progression narrative qui ne laisse rien au hasard. C’est ce qui avait séduit le jury de Sérignan comme aussi par le très subtil dessin prometteur de Laura Guglielmo.

Emma Wrong, Akiléos, 19 €

Dédicace de Laura Guglielmo