À la recherche du dimanche perdu, un conte facétieux

Et si le dimanche n’existait pas ? Si finalement Dieu puisqu’il en serait l’inventeur avait fait grève ou l’avait caché ? Pas de dimanche, que des jours de labeur, de travail, quelle horreur. A moins qu’il ne faille partir À la recherche du dimanche perdu, un conte que Ileana Surducan a mis en images à partir de Dame Hiver, un des contes de Grimm que Les Aventuriers de l’Étrange publient dans une superbe collection toujours autant attrayante. Une jeune fille va partir sur les traces de ce dimanche et aller de surprises en découvertes.

À la recherche du dimanche perdu

Une ville triste, poussiéreuse, sans dimanche, ce qui faisait que les autres jours n’étaient pas formidables. La jeune fille aide sa tante à jardiner mais les fruits ne sont jamais murs, le mardi l’horloger ne peut régler ses montres, le mercredi les gâteaux sont mal cuits, en un mot rien ne marche. Même pas possible de changer le samedi en dimanche. Il y a bien le puits sans fond où pourrait se trouver la solution mais aussi des sorcières ou le royaume de Dame Hiver. Nina n’hésite pas et saute dans le puits avec son ombrelle. Son double plus délurée l’attend en bas et lui annonce que si elle ne connait rien au dimanche elle ne le trouvera jamais.

Un monde féerique, des jeux magiques, des jours qui vivent, une marraine de la semaine, voilà un conte poétique et bourré d’aventures que l’on aura plaisir à raconter où à donner à lire aux plus jeunes. Une belle digression accessible en fait par tous qu’Ileana Surducan a magnifié de belle façon sur un trait coloré et vif. Un conte facétieux.

Les merveilleux contes de Grimm, À la recherche du dimanche perdu, Les Aventuriers de l’Étrange, 13,20 €