L’Alchimiste, à la recherche de la pierre philosophale

Un jeune apprenti enlumineur dans un Paris moyenâgeux, un grand maître qui n’est pas vraiment ce qu’il dit, un livre secret et un méchant au masque de fer, L’Alchimiste ne révolutionnera pas le genre mais a de bonnes bases bien assises. Au scénario Nicolas Beuglet, au dessin très influencé manga on a Alessandro Barbucci (Les Sœurs Grémillet) et Alexandre Saint-Genez. Un premier tome très nerveux avec en prime des personnages féminins qui vont former un duo qui s’affronte dans un monde féérique et fantastique.

La Porte du secret

Basile apprend que Nicolas Flamel l’a nommé son apprenti enlumineur. Flanqué de son hamster Margotin il rejoint l’atelier ce qui ne réjouit pas l’intrépide Esperanza. Autour du cou Basil porte une mystérieuse clé cadeau de son père décédé. Mais il est surveillé par Salamandre aux ordres du Masque de Fer qui lui ordonner de voler la clé. Flamel est en fait un grand alchimiste et la clé est le secret de la fabrication de l’or avec la pierre philosophale. Basile découvre chez Flamel un livre qui a une serrure parfaite pour sa clé. Il la glisse à l’intérieur et déclenche un phénomène dont il n’est pas maître. Flamel et Basile s’enfuient pour échapper aux hommes du Masque de Fer.

L'Alchimiste

Une quête amusante qui ouvrira sur un trésor accessible que si on résout des énigmes, 21 au total, éviter des pièges. Au final il y aura un élu. On y ajoute un mercenaire beau gosse mais très intéressé, la confrérie noire du Masque de Fer, et on passe dans des décors très cinématographiques un peu déjà vu mais bon. Le lecteur peut participer aux épreuves. Amusant, coloré et pour un public ado.

L’Alchimiste, Tome 1, La Porte du secret, Jungle Chimères, 12,95 €

3/5 - (4 votes)