Fantomar, quel sacré lascar !

Il y avait Fantomas, Fantômette et même Fantomah, une super-héroïne des années 40. Maintenant il y a mieux encore. Fantomar, le fils de la Jungle, sévit dans la jungle d’Octavia. Un body-buildé de salle de sports qui lève de la fonte et défend comme il peut le faible et l’opprimée flanqué de son petit copain Azerbahidjong. C’est pas les neurones qui ont envahi son cerveau. Avec 113 kilos de muscles il aurait réponse à tout Fantomar dont le papa est Gad qui signe chez Fluide Glacial. Des histoires courtes à morale édifiante et décalées, au dessin dans la lignée des meilleurs comics et à l’humour dévastateur.

Fantomar

Fantomar l’avoue. Il est le fils d’un marin alcoolique et d’une danseuse exotique. Il a des bottes, un tee-shirt blanc, un short et une belle gueule. Azerbahidjong est son jeune laquais, pas son ami. Faut pas tout mélanger dans la jungle sauvage. Quand les femmes-araignées attaquent le village, il fonce Fantomar mais tombe sur un os. Azerbahidjong lui sauve la mise et ça vaut bien une cuite. Idem pour flanquer une tripotée à des touristes racistes et bêtes, un pléonasme. Il va les impressionner Fantomar sans lever le petit doigt. Il les terrorise car il n’est pas qu’une montagne de muscle. Il peut aussi penser. Enfin pas trop souvent. Faut pas le chercher car il a réponse à tout. Même avec sa copine Mirana.

Fantomar

C’est un cas d’école Fantomar, un synthèse qui veut sauver ceux qui ne demandent rien, petit baron colonial qui est aussi une caricature. En fait c’est un abruti pas vraiment méchant que Gad a placé dans un environnement traditionnel de ce genre de héros mais dont les aventures sont très actuelles. On sourit, on le plaindrait même par moment car il est désarmant Fantomar bien que… Le dessin de Gad colle au style. Du solide qui assure.

Fantomar, Fluide Glacial, 12,90 €