Revue de Presse, la mare aux canards

On pourrait croire que la Presse et en particulier la Presse satirique est une invention relativement récente. Et bien non. Même si elle ne remonte pas aux calendes grecques ça fait quand même quelques siècles que des dignes précurseurs de Charlie Hebdo ou de Hara-kiri s’en donnaient à cœur joie en tapant joyeusement sur les politiques, les rois, les reines et le petit prince. Grosso modo c’est aux XVIIe siècle que la Presse s’embrase. Voici donc une Revue de Presse vue et corrigée dans un bel album à l’italienne par Toma Bletner et Romain Dutreix.

Revue de PresseCensure déjà sous les rois, on n’écrit pas ce qu’on veux et le monarque doit valider la publication d’où des journaux imprimés à l’étranger mais la Révolution va redistribuer les cartes. On écrit, on imprime et on lit en public. Le Roi finit en prison et les journalistes s’excitent. Les journaux prolifèrent, Marat signe de sang ses éditos et prend un bain mortel. Napoléon resserre les boulons et on arrive à ce XIXe siècle qui va voir exploser caricatures, presse satirique et autres brûlots par Philipon, Grandville et autre empêcheur de régner en rond. Napoléon III va pas aimer et être une cible des journaux sera presque une marque de gloire. Au siècle dernier, le XXe, c’est toujours l’euphorie, de L’Assiette au beurre au Canard enchainé qui montre ses plumes en 1916. Toujours là le Canard, un cas rarissime. La guerre de 14 ou de 40 avec les journaux de tranchées, on en arrive à Siné Massacre, L’Enragé et à la saga Hara-kiri. Sacré Choron. Charlie hebdo prend le relais, on sait la suite. On n’oublie pas la BD encore que satirique la BD, faut voir. Avec Fluide Glacial, certes. Pilote, bof.

Une balade rapide, intelligente, drôle aussi dans l’histoire de la Presse, d’un journalisme très cocorico dont on retrouve les noms dans un dictionnaire final en images. L’humour mène la danse. On en découvre à chaque page, ce qui est rassurant pour une démocratie, certes, partie de loin mais à laquelle la Presse n’acceptera jamais que l’on fasse courber la tête.

Revue de Presse, Petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes, Fluide Glacial, 18 €

Petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes