Dossier : Glénat et Fayard vont nous raconter les grands noms de notre Histoire

Les Français aiment l’Histoire, grande ou petite, politique ou évènementielle. En lançant, en partenariat avec Fayard, la collection Ils ont fait l’Histoire, Glénat propose en albums une série de portraits biographiques. Vercingétorix et Philippe le Bel ouvrent le bal dès le mois de mars. Ce dossier a été publié également dans le mensuel ZOO de février. Par Jean-Laurent TRUC

Vercingétorix Jacques Glénat voulait que sa maison d’édition retrouve le chemin des récits historiques et relance ce créneau dans lequel elle s’est fait une solide réputation. « On a phosphoré chez Glénat » confie l’éditeur Cédric Illand. « Parmi toutes les propositions il fallait en choisir une qui arrive à plaire aux lecteurs de BD et se rapprocher de l’Histoire avec un H majuscule ». Ce qui n’était pas évident. Il fallait aussi travailler sur « des personnages identifiables par le lecteur ». Et associer les deux cultures, celle de la BD grand public et de la démarche universitaire afin, comme le dit Cédric Illand, « la rendre digeste et accessible à tous. Fayard était le partenaire idéal avec un fond énorme de biographies ».

Un beau challenge qui a mis sur les rails la série, une quinzaine de projets et de noms de ces grands hommes qui ont fait notre Histoire. Les deux premiers à s’inscrire au catalogue sont Vercingétorix et Philippe le Bel. « Ce n’est pas volontaire de notre part. Ce sont les premiers albums bouclés » ajoute avec humour Cédric Illand. Aux commandes de Vercingétorix, deux scénaristes bien rodés, Didier Convard et Eric Adam. Pour Vercingétorix, Eric Adam, qui aurait bien aimé travailler sur Louis XI, savait qu’il n’y avait pas une documentation étoffée « si ce n’est le récit fait par Jules César dans La Guerre des Gaules. On sait peu de choses sur Vercingétorix. Nous avons rempli les pages blanches mais en demandant chaque fois son avis à un historien, Stéphane Berger, ou en se référant aux travaux de Christian Goudineau spécialiste de la Gaule. On remet avec en cause des idées reçues ».

Vercingétorix, un moustachu au casque ailé

Vercingétorix Il fallait bien combler les trous, évoquer le père et le destin tragique de Vercingétorix, le montrer rendre fièrement ses armes à César et même prétendre qu’il aurait pu lui sauver la vie, ce qui est « le fil rouge de notre album », ajoute Eric Adam. Quel ingrat ce Jules. Un travail à quatre, dessinateur, scénaristes et historien. « On a lu tout ce qui était disponible sur Vercingétorix. On s’est appuyé sur les recherches archéologiques. Les Gaulois étaient de très bons artisans et paradoxalement ont vendus des armes à leurs ennemis romains. Ils ont construit des routes, des amphithéâtres bien avant la conquête par César ». Vercingétorix, comme le dit le dessinateur Fred Vignaux « c’est, pour l’imagerie populaire, un personnage moustachu avec un casque ailé. Une imagerie très BD forgée par des années de lectures plus ou moins bien documentées, un roi à la tête d’un peuple de « barbares » celtes chevelus qui résistait à l’oppresseur romain en cherchant à unir la Gaulle. On se souvient de Vercingétorix dans Astérix. On est loin des théories historiques actuelles ».

Vercingétorix résistant, unificateur, est devenu une icône au XIXe siècle, vrai début de la passion française pour l’Histoire. Il a été l’idole d’un certain Napoléon III. « C est lui qui lance les fouilles d’Alésia ». Eric Adam et Didier Convard, un couple qui a une vingtaine d’albums en commun, maîtrisent leur sujet. Ils travaillent ensemble, version double écran. « L’émulation joue à fond sur notre efficacité .. L’album est bourré d’énergie, de combats, de fracas, de couleurs. Fred Vignaux au dessin n’a pas « cherché à être irréprochable, juste crédible. J’ai fait confiance à internet et aux associations de reconstitutions historiques qui travaillent avec l’appui des scientifiques ».

Un dossier avec chaque album

Philippe le Bel Si la documentation était mince pour Vercingétorix, pour Philippe le Bel il y avait de quoi faire. « On est moins sur le fantasme avec Philippe le Bel » confirme Cédric Illand. « C’est un roi plus connu pour sa science tactique et politique que pour ses guerres. On se souvient de lui aussi pour l’affaire des Templiers. Les sources sont riches. Valérie Theis et Étienne Anheim sont les deux universitaires qui ont travaillé avec Mathieu Gabella au scénario. Christophe Regnault est au dessin. L’approche a été différente de celle de Vercingétorix. Il n’y a pas de partie romancée dans le Philippe le Bel ».

Chaque album sera complété par un dossier de huit pages avec dates, grandes lignes historiques. « Il faut que le lecteur quand il a lu l’album et le cahier puisse parler du personnage » espère Cédric Illand. Et côté casting ? « On a choisi des personnages très connus, qui ont eu un vrai rôle dans l’Histoire en se limitant aux personnalités politiques. Français ou pas, femmes ou hommes. La collection est ouverte sur le monde et, plus on remonte vers aujourd’hui, la part romancée diminue. Le scénariste évolue dans un cadre précis qu’il doit respecter ».

Au programme, il y a Churchill, De Gaulle, Cléopâtre, Soliman le Magnifique, Catherine de Médicis, Saint-Louis, Gengis Khan et deux poids-lourds, Napoléon et Louis XIV qui auront droit à plusieurs tomes.

Devenir une référence pour un public scolaire

Philippe le Bel Le rythme de parution sera rapide. Cédric Illand, pour 2014, table sur huit titres, deux par trimestre, dont un Charlemagne et un Jaurès. Normal en cette année de commémoration du centenaire du début de la Grande Guerre. Jaurès le pacifiste est mort, assassiné le 31 juillet 1914. Jean-David Morvan en est le scénariste. Car chaque grand nom aura des auteurs différents.

Glénat aimerait bien que Ils ont fait l’Histoire devienne une référence et touche aussi un public scolaire. Les retours des libraires pour la mise en place sont bons. La collection est un authentique projet d’éditeur chez Glénat bien sûr mais chez Fayard dirigée par Sophie de Closets.

Quoiqu’il en soit, l’Histoire n’a pas fini de faire des petits chez Glénat. Eric Adam et Didier Convard avec Pierre Boisserie et Chantal Chaillet se préparent à décliner l’histoire de Rome. Ils partiront des synopsis laissés par Gilles Chaillet, grand spécialiste de la cité de la louve et auteur de La Rome des Césars. Quatre tomes couvriront la partie antique de la capitale italienne. Enfin en mai, autre sujet, trois albums raconteront L’Opération Overlord à la veille de la commémoration du soixante-dixième anniversaire du débarquement de Normandie en juin 1944.

Ils ont fait l’Histoire, Vercingétorix, Glénat Fayard, 14,50€
Ils ont fait l’Histoire, Philippe le Bel, Glénat Fayard, 14,50€