Angoulême, une exposition consacrée à Charlie Hebdo

Cette 42e édition du Festival d’Angoulême ne sera pas comme les autres. Impossible de ne pas penser dans cette capitale du dessin, dans un Festival dont Wolinski a été le président, aux dessinateurs de Charlie Hebdo et à toutes les victimes des attentats à Paris. Raison pour laquelle il est logique qu’Angoulême propose une exposition consacrée à Charlie Hebdo qui ouvrira ses portes dès le début du Festival le 29 janvier.

Charlie
Le Fauve d’Angoulême est très triste L. Trondheim ®

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Festival d’Angoulême se sont unis, en partenariat avec le Conseil Général de Charente, pour organiser une exposition consacrée à Charlie Hebdo, de sa genèse à son numéro historique du 14 janvier dernier. Comme le précisent les organisateurs, dans un temps où la réflexion commune est, plus que jamais, devenue nécessaire, suite aux événements tragiques qui se sont déroulés au siège de Charlie Hebdo et ultérieurement, il entre dans leur vocation de présenter au public une vision d’ensemble de ce qu’a été et de ce qu’est la démarche de tous les auteurs ayant contribué à générer, au sein de ce journal, cette forme d’humour unique incarnée par ce que l’on pourrait appeler « l’esprit Charlie ».

Ils ont aussi pour objectif que les visiteurs de l’exposition pourront découvrir, ou mieux connaître, la démarche de ce journal, « l’œuvre collective » qu’il représente et exercer leur regard critique, déterminant pour se forger leur propre opinion. L’exposition se prolongera dans l’espace public via l’affichage, sur des panneaux électoraux implantés dans les rues et les places d’Angoulême, de Unes de Charlie Hebdo – une implantation mise en place grâce au concours de la municipalité d’Angoulême.

De la revue Hara Kiri, créée en 1960, jusqu’au numéro de Charlie Hebdo du 14 janvier 2015, « Une histoire de Charlie », présente une rétrospective de l’histoire et des grandes figures et nombreux talents qui ont accompagné le journal satirique, mais aussi des documents rares, environ 300 pièces, provenant des collections du musée, ainsi que des prêts de collectionneurs privés et des amis du musée de la bande dessinée et des amis de Charlie Hebdo.

Les Unes à l’affiche

Une quarantaine de « Unes », représentatives de la riche et tumultueuse histoire de Charlie Hebdo, seront placardées en extérieur dans l’espace public d’Angoulême, à la manière d’une campagne électorale. Choisies parmi les créations les plus représentatives d’une dizaine de dessinateurs emblématiques de « l’esprit Charlie » (Wolinski, Reiser, Gébé, Cabu, Willem, Charb, Tignous, Luz, Honoré, Catherine, Riss…), elles permettront de parcourir quelque quarante ans d’expression en toute liberté, depuis l’Hebdo Hara Kiri, ancêtre de Charlie, jusqu’au journal que les tueurs ont tenté de détruire le 7 janvier dernier.