Emmanuel Guibert, Grand Prix d’Angoulême 2020, auteur invité de Toute la France dessine !

Après Yoon-Sun Park, Tristoon, Camille Jourdy, Frank Margerin (président du Festival de Sérignan en 2018), Lisa Mandel, François Olislaeger, Joseph Falzon, Régis Loisel, Catherine Meurisse, Giorgia Marras, Jul et Florence Cestac, Emmanuel Guibert est le nouvel auteur invité de Toute la France dessine ! pour le 13ème épisode de l’opération numérique dans le cadre de l’Année de la Bande Dessinée. Le strip d’Emmanuel Guibert sera dévoilé lundi 20 juillet à 13h00 sur les réseaux @2020annéeBD A noter qu’une exposition d’Emmanuel Guibert est prévue en septembre à Paris au Musée des Beaux-Arts.

Emmanuel Guibert
Emmanuel Guibert. Alain Tendero / Divergence-images ®

A l’occasion du lancement de ses ateliers dans le cadre de l’été culturel et apprenant, Toute la France dessine ! a fait appel au Grand Prix 2020 du Festival d’Angoulême. Né en 1964 à Paris, Emmanuel Guibert débute sa carrière dans la bande dessinée avec Brune, une œuvre sur la montée du nazisme au style hyper réaliste qu’il abandonnera vite. L’album, qu’il met sept ans à réaliser, paraît en 1992. Fréquentant les auteurs de la toute jeune maison d’édition L’Association, il commence à publier des récits dans la revue Lapin, et intègre l’atelier des Vosges aux côtés notamment d’Émile Bravo, Christophe Blain et Joann Sfar. Sur un scénario de ce dernier, il dessine La fille du professeur, Alph’art coup de cœur et Prix René Goscinny au Festival d’Angoulême en 1998.

Emmanuel Guibert

Emmanuel Guibert y met en place un dessin en sépia, sensible et souple, un style graphique qu’il continue à façonner dans Le Capitaine écarlate avec David B. au scénario (2000). Toujours avec Joann Sfar, il débute en 2000 la série pour enfants Sardine de l’espace dont il écrit d’abord le scénario avant d’assurer aussi le dessin. Il laisse libre cours à sa fantaisie et développe son formidable talent de conteur. Il dessine à partir de 2001 la série Les Olives noires (3 volumes) sur un petit garçon juif en Judée il y a 2000 ans, encore avec Joann Sfar au scénario. Au tournant des années 2000, Emmanuel Guibert débute la publication d’un projet ambitieux et de longue haleine, une suite d’albums inspirés par les souvenirs de son ami américain Alan Ingram Cope, La Guerre d’Alan (trois volumes de 2000 à 2008), L’enfance d’Alan (2012), Martha et Alan (2016). De son trait élégant et tout en retenue, d’une grande technique, Emmanuel Guibert excelle à mettre en scène la vie d’Alan, exposant l’intime avec une pudeur subtile. Ce sera ensuite Le Photographe (trois volumes de 2003 à 2006), inspiré des souvenirs et des photos rapportés de voyages en Afghanistan avec Médecins sans Frontières par le photojournaliste Didier Lefèvre. Le Photographe sera récompensé à travers le monde avec le prix Essentiel d’Angoulême en 2007, le Eisner Award de la meilleure édition américaine d’une œuvre internationale et le Prix Micheluzzi de la meilleure série étrangère en 2010.

La Guerre d'Alan

Dans Alan comme dans Le Photographe, Emmanuel Guibert, par son geste virtuose et sa technique, sublime l’intime et le quotidien, magnifie l’anodin et le temps qui passe, et surtout, place inconditionnellement l’humain au cœur de ses récits. Un intérêt pour l’autre que l’on retrouve aussi bien dans Des nouvelles d’Alain, livre sur les communautés roms d’Europe réalisé avec Alain Keler, que dans l’irrésistible série pour la jeunesse Ariol qu’il crée en 2000 avec Marc Boutavant au dessin. Emmanuel Guibert reçoit en 2017 le Prix René Goscinny pour l’ensemble de son œuvre.

Toute la France dessine !, mode d’emploi

Les créations des internautes sont à publier sur les réseaux sociaux avec #Toutelafrancedessine et la mention de @2020annéeBD pour créer un véritable fil créatif. Une sélection des contributions de Toute la France dessine ! sera publiée chaque semaine sur les sites et réseaux sociaux partenaires de l’opération et exposée à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image lors de la prochaine édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Toute la France dessine ! est une initiative de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image en partenariat avec le Centre national du livre, lancée dans le cadre de BD 2020 et de l’opération #CultureChezNous du ministère de la Culture.

Le Photographe

Dans l’été culturel et apprenant

Coordonnée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (Angoulême) avec le soutien du Ministère de la Culture, l’opération « Toute la France Dessine ! » se prolonge pendant l’été culturel et apprenant avec plus de 200 ateliers d’auteurs et autrices BD à la rencontre de tous les publics et à travers toute la France. Cette opération s’adresse à tous les établissements recevant du public (bibliothèques, centres socioculturels, centres aérés, établissements culturels…) avec une priorité portée aux publics éloignés de la culture, fortement impactés par la crise de la COVID-19.

Elle consiste en la tenue d’ateliers d’auteurs et autrices de bande dessinée, autour du format du strip : quatre cases dont seules les deux premières sont remplies par l’auteur, les deux suivantes devant être complétées par les participants aux ateliers. En liaison avec l’ensemble des acteurs concernés et en étroite coordination avec les Directions régionales des affaires culturelles, la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image apporte aux structures des conseils dans le choix des auteurs. L’objectif est de renforcer les relations de proximité entre les publics et les auteurs, afin d’encourager la découverte de la bande dessinée et mieux accompagner les publics vers les pratiques de création mais aussi de lecture. Un livret d’accompagnement élaboré par les éditions Biscoto est téléchargeable gratuitement à partir du site www.citebd.org. De nombreuses opérations de restitution seront organisées : édition des strips sur les réseaux sociaux de l’Année de la Bande Dessinée et exposition lors du prochain Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

Emmanuel Guibert