Ric Hochet, un retour attendu et annoncé au Lombard

C’est un retour annoncé et attendu. Ric Hochet, reporter de choc et de charme, journaliste à La Rafale, revient pour de nouvelles aventures. Depuis le décès de Tibet, Ric Hochet était en vacances forcées. Fini le farniente, il reprend du service, toujours juvénile malgré ses soixante ans. Et oui, il ne les fait pas ses soixante ans, le héros de Tibet et de Duchâteau. Désormais ce sont Zidrou au scénario et Simon Van Liemt au dessin qui vont embarquer Ric dans ne nouvelles enquêtes, dont la première porte un titre ambigu et inquiétant, R.I.P. Ric ! aux éditions du Lombard.

Ric HochetParution le 29 mai pour ce premier épisode de la nouvelle saison. En savoir plus ? On regarde sur www.la-rafale.fr tout en se souvenant des débuts du jeune Ric Hochet qui apparaît pour la première fois en 1955 dans le journal Tintin. Il enchaînera pendant plus de cinquante ans les enquêtes avec la régularité d’un métronome, totalisant 78 albums av

ec ses créateurs André-Paul Duchâteau et Tibet. Petit vendeur du journal La Rafale, âgé de treize ans, il entre rapidement à la rédaction du même journal dont il devient, en quelques enquêtes, le chroniqueur judiciaire vedette. Même si on le voit le plus souvent sur le terrain face aux criminels, il n’en reste pas moins un excellent journaliste. Enquêteur vedette, Ric manie aussi bien la machine à écrire que le revolver et ses articles sont suivis avec passion par des milliers de lecteurs fidèles. Il devient l’inséparable compagnon d’aventures du commissaire Bourdon, dont il aime bien bien la nièce Nadine, et avec lequel il forme un tandem d’une redoutable efficacité.

Humour décalé

Dédicace de Tibet
Quand Kid Ordin dessine Ric Hochet, un souvenir émouvant et un dessin original de Tibet qui venait souvent au festival de Fabrègues. JLT ®

Investigations classiques, récits d’anticipation, histoires fantastiques : au hasard des dangereux pièges qui lui seront tendus, la résistance et la sagacité du bouillant chroniqueur de La Rafale ne seront jamais prises en défaut. Cinq ans après le décès de Tibet (janvier 2010), Ric Hochet reprend donc du service dans R.I.P. Ric !, une aventure à la fois dramatique mais aussi à l’humour décalé. Qui veut se substituer à Ric Hochet en cette année 1968 ? Mais, bon sang c’est bien sûr, comme aurait dit le commissaire Bourrel (pas Bourdon), celui des Cinq dernières minutes. L’affreux Caméléon, ennemi mortel du journaliste s’est fait refaire le visage pour prendre la place de Ric et le faire accuser de meurtre. Un plan machiavélique et une balle pour Ric. Le Caméléon s’infiltre dans la vie du journaliste, à La Rafale, au mariage de Bourdon, ou dans le lit de Nadine.

Et oui, Zidrou a concocté une aventure toute en humour et en action, avec des repères d’époque dans ses dialogues qui vont rappeler de bons souvenirs à certains. Le cadeau Bonux sera la clé du mystère. On apprend aussi comment Ric est devenu l’homme au polo rouge. Et que Bourdon a eu un passé trouble sous l’Occupation. L’album se tient bien, dépoussière un peu le mythe du gentil garçon et remet en selle un héros qui a passé plusieurs générations de lecteurs sans encombre. Le dessin de Van Liemt convient bien au projet. Il n’a pas voulu faire du Tibet ce qui aurait été malvenu. Tout en gardant les grandes lignes graphiques il assume comme Zidrou sa propre vision du personnage. Un retour nerveux et ingénieux qui présage bien de la suite.

Ric Hochet, Tome 1, R.I.P. Ric !, Le Lombard, 12 €

R.I.P. Ric !