Tatane, jouer au foot sans se prendre la tête et celle des autres

La démarche est sereine, intelligente. Le foot est le reflet bien souvent de passions, frustrations, envies et idioties humaines. La Coupe du Monde commence et on va en avoir des tonnes tous les jours. Commentaires sans relief, primes des joueurs, transferts à venir, sponsors, public les yeux rougis par l’émotion, la totale. Sauf que le foot c’est aussi un beau sport, simple, accessible par tous. Il faut oublier l’argent, revenir à un sport populaire. Tatane l’a fait avec sa charte pour un football durable et joyeux.

TataneAux commandes des illustrations de ce joli et intelligent fascicule, quatre auteurs. Jul, Pénélope Bagieu, Charles Berbérian et Bouzard. Quatre style, trois hommes et une femme unis pour un manifeste Tatane qui dit entre autres qu’on peut penser avec ses pieds ou que les footballeurs ne sont pas des héros, qu’aimer le foot n’est pas grossier. Il y a de l’humour, beaucoup, dans les dessins tous titrés et légendés par des règles précises. Un exemple : le Lionel Jospin, un joueur qui rate une occasion immanquable en tire les conséquences en se retirant définitivement du terrain et en faisant une déclaration officielle.

Que des perles dans Tatane qui méritent qu’on les lise car bourrées de sagesse. Une cinquantaine au total avec à la clé des soirées Tatane prévues.

Tatane, pour un football durable et joyeux, Gallimard, 14 €