Le Sang de la vigne, entourloupe dans le Bordelais

C’est Pierre Arditi qui, sur le petit écran, a donné vie au héros des romans de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen. Benjamin Cooker, œnologue détective, dans Le Sang de la Vigne est passé aux bulles, pas de Champagne, et aux cases de la BD. Corbeyran en a maîtrisé l’adaptation et Sandro le dessin qui méritera encore un peu plus de décontraction dans les visages.

Le Sang de la vigneIl fête ses cinquante ans, Benjamin Cooker, célèbre auteur d’un guide des vins et œnologue réputé. Quand un vieil ami propriétaire d’un Château du Bordelais, les Moniales Haut-Brion, lui demande de venir jeter un coup d’œil sur sa récolte, Cooker s’embarque dans une enquête où il s’aperçoit vite avec ses collaborateurs que ce n’est pas un hasard si le contenu des barriques tourne au vinaigre. Mais qu’est ce que vient faire au milieu ces petits tableaux qui représentent des domaines dont les Moniales ? Cooker va démêler les fils de cette intrigue très bien ficelée comme d’habitude dans ses aventures.

Pas évident du tout de mettre en scène le milieu assez fermé du vin et des grands domaines viticoles. Corbeyran colle bien à l’ambiance des romans et de la série TV. Humour, personnages décalés, collaborateurs sympas de Cooker comme Virgile, et surtout, le vin. Comment rester insensible aux noms cités, aux étiquettes entrevues, au rêve et au bonheur que suscite le bon vin ? Le Sang de la Vigne a trouvé la bonne alchimie, le bon assemblage des cépages. Reste seulement à Sandro à peaufiner son dessin un peu trop figé encore dans ce premier tome.

Le Sang de la Vigne, Tome 1, Mission à Haut-Brion, Glénat, 13,90 €

Mission à Haut-Brion

3 Commentaires

  1. Pourquoi de la serie a la BD le personnage principal a t il change de nom (lebel-cocker) ?

  2. Simplement parce qu’à l’origine, le sang de la vigne est une série de roman et dont le personnage principal porte le nom de cocker.
    S’est dans la série très loin de la qualité des romans que le personnage de cocker a disparu.
    Et c’est à mon tour de ne pas comprendre pourquoi..

  3. Il aurait été difficile de transposer le personnage très British amoureux de la France comme Cocker dans les
    romans et Pierre Arditi grand acteur mais éminemment très français.
    Moi, je suis encore plus surprit de découvrir son adjoint Lanssien (sportif et tombeur invétéré) dans les romans,
    en petit collaborateur timide et ahuri dans la série télé!