Agatha, à la rencontre de la « duchesse de la mort »

Sa vie est un roman. Agatha Christie est l’un des auteurs les plus connus et les plus vendus au monde. Vouloir raconter en BD les grands et petits moments de sa vie n’était que justice. Agatha Christie est un personnage haut en couleur, intelligent, libre, génial et qui colle à son siècle, avec, toutefois, toujours une longueur d’avance, celle du talent Anne Martinetti et Guillaume Lebeau ont écrit le texte qui appréhende en finesse les détails de la vie de la reine des crimes les plus tordus. Alexandre Franc, en ligne claire, se lance sur la piste d’Agatha, Anglaise bon teint.

AgathaEn 1926, Agatha Christie disparaît. Momentanément mais assez longtemps pour que son mari soit plus ou moins accusé. Elle est déjà célèbre mais aussi jalouse. Qui mieux qu’elle peut inventer une fausse disparition bien ficelée ? C’est bien ce que lui dit son héros, Hercule Poirot, petit détective Belge suffisant qui sera son interlocuteur tout au long des épisodes dans la BD, de sa vie qui a commencée à la fin du XIXe siècle. Elle perd son père jeune et se lance tôt dans l’écriture, change de nom. Agatha Christie devient romancière et cela marche. Elle voyage, ce qui lui servira, est infirmière pendant la Grande Guerre. Poirot enquête, Miss Marple aussi, dans l’Orient-Express, sur le Nil.

Elle a une fille, divorce, se remarie, rencontre dix petits Nègres, écrit des pièces de théâtre, des nouvelles, est une star de la littérature. Ses romans deviennent des films avec l’élite du cinéma de l’époque. Agatha est une Lady, une vraie au titre donnée par la Couronne. Personne n’atteindra jamais ses dons d’écriture, le machiavélisme de bon ton mais violent de ses petits meurtres entre amis. Deux milliards d’exemplaires à son compteur de ventes, et un régal de lire et relire Agatha, autant aujourd’hui qu’hier. Cette vraie vie se déguste, se découvre en cases à la fois nettes et bourrées de rêve, d’indices signées par Franc. Car qui était vraiment Agatha dont on sent qu’elle court après le bonheur si ce n’est après le succès ? François Rivière (Dossier Harding, Albany), son plus compétent biographe, l’appelait la duchesse de la mort. Un excellent ouvrage.

Agatha, la vraie vie d’Agatha Christie, MaraBulles, 17,90 €

La vraie vie d'Agatha Christie