La Franc-maçonnerie dévoilée, un roman authentique

C’est un sujet redondant qui, souvent et régulièrement, fait les Unes des hebdos ou sert de thématiques à des romans, films ou BD, on y reviendra très vite. La Franc-maçonnerie est une sorte de serpent de mer, de marronnier comme on dit en presse écrite, mais qui pourtant fait partie intégrante de notre monde depuis des siècles. La Franc-maçonnerie a certes ses secrets mais surtout une longue histoire humaniste que Arnaud De La Croix au récit et Philippe Bercovici pour le dessin ont mis en images, en portraits sous forme d’histoires courtes, de fiches, à travers la vie de quelques-uns de ses pères fondateurs, connus ou pas. Remettre les choses à leur place, effacer des idées reçues, écarter ce fameux complotisme qui nous harcèle de plus en plus, éviter tout risque de transformation en boucs émissaires de ces francs-maçons qui sont avant tout des frères sans pour autant nier parfois des dérives, tel est le but de cet ouvrage que l’on lit avec un vif intérêt. Un bouquin qui, en plus, n’est pas dénué d’humour tout en parlant de grande Histoire, à laquelle a toujours été mêlé celle de la Franc-maçonnerie.

La Franc-Maçonnerie dévoilée

Au départ, un franc-maçon au Moyen-Âge, est un bâtisseur au sens propre du terme. Ses secrets ne doivent être transmis qu’à ses égaux. D’ou le secret, des signes initiatiques, des membres cooptés. Peu à peu la philosophie prendra le relais. Symboles, rituels, comme le dit Arnaud de La Croix dans sa préface, quand la légende est plus belle que le réalité, imprimez la légende, formule de John Ford dans la bouche de John Wayne, lui-même franc-maçon dans un western. Départ donc au Moyen-Âge avec Villard de Honnecourt en 1225. Premiers concepts, les architectes bâtisseurs, des secrets et des hommes. Mais ce serait William Schaw qui serait le vrai fondateur de la Franc-maçonnerie. Un Écossais proche du pouvoir, maître des constructions, on y revient. Il va rebondir sur des textes anciens, ésotériques et se fait instruire par les maçons d’Écosse. Il va fixer les premières règles vers 1600, noviciat, apprentissage, compagnonnage, dont l’art de la mémoire. Quant au premier franc-maçon ce serait Robert Moray toujours en Écosse et au début du XVIIe siècle. Les Rose-Croix vont aussi faire leur apparition. Liberté de conscience puis la Grande Loge de Londres moment fondateur en 1717, les milieux sociaux se mélangent. Et l’Europe s’initie.

L’album remonte les siècles et permet de croiser aussi bien Benjamin Franklin que les Templiers qui auraient survécu aux persécutions, les Illuminati (oui ils ont bien existé) avec leur fondateur en 1776, Adam Weishaupt. Ils tenteront d’infiltrer les Maçons. On verra aussi l’abbé Barruel complotiste avant l’heure dont la cible sera la Révolution de 1789. Illuminati et Maçons auraient eu la tête du roi. Mirabeau est de la fête, Mozart aussi, Pratt, au fait, également admiré par Umberto Eco, Kipling. On a pratiquement tout dit sur le sujet, le vrai, le faux, et son contraire. Hitler les a traqués avec Himmler qui les associaient aux Juifs comme cibles à éliminer. Dans l’esprit de beaucoup la Franc-maçonnerie est un pouvoir occulte, manipulateur. A la fin de l’album Tristan Boulard, lui-même franc-maçon reprend toutes les pistes, complète, a enquêté, réalisé des reportages. Réunir ce qui est épars, faire se rencontrer ceux qui s’opposent, cet ouvrage permettra sûrement d’en revenir à une réalité encore une fois humaniste, progressiste et spirituelle. Passionnant. Une bonne idée de cadeau de Noël, vous avec encore le temps.

La Franc-maçonnerie dévoilée, Le Lombard, 22,50 €