Centaures T2, pour inconditionnels

Une série qu’on prend en vol, c’est le cas de le dire. Avec Centaures tome 2, on est dans un environnement aéronautique actuel, au large d’un ancien territoire français d’outre-mer, les Amandines, victime de coups d’état à répétition. Le Charles de Gaulle doit exfiltrer des ressortissants français. Place aux pilotes Gil « Gecko » Morgan, TNT Trégord et Malia « Starbuck » Nozeret qui ont atterri en territoire hostile. Malia y a laissé des plumes. Et tous ont des états d’âmes. Eric Loutte est au dessin avec la complicité de André Le Bras, Gilles Laplagne. Emmanuel Herzet signe le scénario très classique. Le tout est figé, presque superficiel mais devrait satisfaire les inconditionnels du genre.

Centaures Rien ne s’arrange aux Amandines. Et Malia, dans le coma, est en danger. Un détachement d’intervention se prépare à bord du Charles de Gaulle. Morgan et Trégord s’affrontent et se réconcilient. Les ressortissants français sont pris en otage. Des fusiliers marins sont envoyés pour sécuriser l’ambassade et préparer l’évacuation par hélicos. Dans le port des embarcations tentent de fuir et sont pris sous le feu des putschistes. Les avions français tentent d’intimider les tireurs. Des coopérants ont disparu.

Des ex-pilotes ripoux, des commandos pris au piège, des sentiments et bien sûr des avions de l’aéronavale, un agent très spécial, des combats aériens sinon rien, un contexte à la limite du repentir politique français, le mélange est moyen. Sans surprises. On se souvient avant tout de Loutte sur la série Biggles après Bergèse, et de Team Rafale dans la lignée de Centaures.

Centaures, Tome 2, Cri de guerre, Le Lombard, 12,45 €