Charles de Gaulle, des débuts difficiles en captivité

Le hasard des programmations est parfois curieux. Au moment où sort un premier tome sur la vie de Charles De Gaulle, sur sa jeunesse pendant la guerre de 14, un album sur les années d’avant 39 de François Mitterrand est aussi au programme. Un duo qui se retrouvera plus tard sur le devant de la scène politique. Pour l’heure c’est sur le destin hors normes du jeune capitaine de Gaulle que Jean-Yves Le Naour, historien, et Claude Plumail pour le dessin se sont penchés. On y découvre une forte tête, courageux mais frustré d’avoir passé la guerre dans un camp de prisonnier.  Ce qui ne changera en rien, bien au contraire, son futur destin de grand homme d’état.

Charles de GaulleEn 1916, Pétain reçoit De Gaulle qui monte au front. Le futur héros de Verdun et maréchal envoie son poulain en première ligne mais la guerre pour un officier c’est un merveilleux tremplin. A condition de ne pas se faite tuer comme la majorité des jeunes officiers subalternes de l’époque. On peut aussi être fait prisonnier. Moins glorieux, et c’est le sort du capitaine De Gaulle porté disparu puis localisé dans un camp pour officiers. Déjà têtu comme une mule, et toujours sûr de lui, hautain, il a du mal à se lier à ses camarades de captivité mais n’a qu’un but, s’évader. Cinq fois, De Gaulle fera la belle et sera repris. Il usera de tous les trucs possibles. Et n’aura pas de chance, envoyé en forteresse disciplinaire. A la fin de la guerre il part seul et rentre chez lui. Il pensera un instant à quitter l’armée. Ce sera une mission en Pologne qui se bat contre la Russie bolchévique. Une occasion pour De Gaulle qui y comprendra ce que sera la guerre de demain, mécanisée.

Le public ne connaît que superficiellement ces années de guerre de 1916 à 1921 pendant lesquelles De Gaulle se forge un début de destin unique. Grand sifflet à l’œil dédaigneux, plus timide qu’on n’y croit, De Gaulle fera tout pour oublier cette captivité qui l’embarrasse. Il va rencontrer Yvonne, se mariera. Le connétable sera son surnom bien avant le Grand Charles. Le Naour a parfaitement condensé ces années de guerre sans charger et le dessin de Plumail clair et détaillé rend bien la complexité et l’impétuosité du personnage. Un très bon cahier historique termine l’album.

Charles de Gaulle, Tome 1, 1916-1921, Le prisonnier, Grand Angle, 13,90 €

Le prisonnier