Médecins de guerre, Barkhane en direct

C’est une belle façon de rendre hommage à ces médecins de première ligne qui depuis la plupart des conflits, de l’Empire à 1914, à la seconde guerre mondiale, la Corée ou l’Indochine, l’Algérie, le Liban, le Golfe et maintenant les OPEX, sont eux-aussi des militaires aux côtés des femmes et des hommes qui se battent pour leur pays au péril de leur vie. On se souviendra qu’Ambulance XIII, la meilleure série sur le sujet, avait montré comment étaient nées ces escouades sanitaires militaires qui montaient en première ligne pour soigner et récupérer les blessés. Avec Médecins de guerre, on a modernisé le propos. L’action se passe au Mali pendant l’opération Barkhane qui aujourd’hui est en passe de s’arrêter. Le médecin capitaine Virginie N’Guyen va choisir une unité d’élite le 1er RCP, régiment de chasseurs parachutistes créé en 1943 en Algérie en 1943. Il participera à la libération de la France puis partira en Indochine.

Ligne de vie

Elle a été une boat-people avec ses parents vietnamiens. Virginie est devenue médecin militaire major de sa promotion. Et a décidé de rejoindre le 1er RCP, devenir parachutiste, formée commando. Elle est muté à Gao au Mali pour participer à Barkhane au Groupe commando parachutiste. Le summum mais qui n’a jamais eu de femme en son sein. Virginie s’est appelé Trinh mais a dû changer de prénom. A Gao, elle est approchée par un marchand chinois pas net. Elle part en mission très vite pour récupérer un blessé au pied arraché. Ce sera ensuite son épreuve du feu où elle se conduit héroïquement tout en se souvenant que son adolescence n’a pas été facile.

Médecins de guerre

Si l’idée en soit est sympathique, l’histoire aurait mieux fait et plus d’impact de se limiter à de l’action et du romanesque en évitant un côté polar que l’on voit arriver gros comme une maison sans suspense véritable. Patrice Buendia qui signe le scénario a travaillé sur bon nombre de séries Zéphyr aéronautiques et pour Tanguy et Laverdure. Le mélange a cette fois du mal à prendre entre tout et les dialogues sont simplistes ou très techniques. On verra si la suite relève le niveau car le personnage de Virginie est fort mais curieusement utilisé. Côté dessin avec Gilles Laplagne on est dans du réaliste bien documenté (Centaure 2). Pour le cahier photos et textes en postface il est certes informatif mais un peu posé.

Médecins de guerre, Tome 1, Ligne de vie, Dargaud, 15 €

Médecins de guerre