Tanguy et Laverdure T7, des paras dans la ville

Non, pas la tempête mais le Sabre du désert, tel est le titre du second épisode du diptyque Tanguy et Laverdure. Il est signé par le trio Buendia, Zumbiehl et Sébastien Philippe au dessin. Dans le premier, les chevaliers du ciel embarquaient une paire de Mirage 2000N un soupçon déclassé dans un pays du Moyen-Orient en butte à des tracasseries terroristes d’un état voisin. Laverdure faisait la tête et se crashait dans les sables. Au total un petit air de déjà vu et cette fois on a du lourd, du tout azimuts, du condensé. Il y a du para, du vieux zinc, un traître qui fera boum, une belle pilote et une bédouine aux yeux bleus. On ne peut pas dire que le scénario fasse dans la ligne droite ou dans la dentelle mais on sait heureusement que Tanguy et son pote forment un couple indissociable.

Tanguy et LaverdureIl est récupéré au pied de son zinc tout cassé par une chef bédouine, Labba, la mère d’Amina. Elle est aussi l’ennemie des terroristes du Nijaq. Avec son aide Laverdure arrive en trainant l’épave de son avion chez Rooney, un pilote dans un petit aéroport paumé. Il possède un vieux Messerschmitt 108 que Laverdure va piloter avec Nasser pour retourner vers la capitale. Mais le roi Harroun a décidé de bombarder la zone. Obligés de se poser Laverdure est récupéré avec Nasser par Tanguy en hélico. Grâce à une information, on sait désormais que c’est une attaque aéroportée qui va être lancée par les fanatiques religieux sur la capitale du Dahman. Mais il y aussi le fils du roi qui va trahir son pays et sur son Soukhoï participer à l’attaque. Sur leur Mirage Tanguy et Laverdure vont tenter de détruire les avions chargés de paras. Sauf qu’un piège va se refermer sur eux. Et à terre ça tourne mal.

Certes, il y a quelques incohérences mais on ne peut pas reprocher aux scénaristes de ne pas avoir mis le paquet. L’action s’enchaîne sans le moindre répit. Les scènes de combats urbains sont efficaces, très cinématographiques bien qu’un peu fantasmées côté course poursuite en voiture et lance-rocket en furie. On a dépassé le cadre de la BD aéro pour accéder au thriller où tous les genres se mélangent mais qui a sûrement ses lecteurs. On est dans de la BD, ne cherchons pas trop de logique ni de cohérence mais simplement à nous distraire.

Tanguy et Laverdure, Tome 7, Le Sabre du désert, Dargaud, 12 €

Le Sabre du désert

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*