A-Lan, Emoji et Wabisabi

Un futur lointain, des ados asociaux mais hackers de génie, des robots humanisés, un méchant roi du Dark Web, A-Lan est à la fois une belle aventure de science-fiction mais aussi une vision lucide, voire terrifiante de ce qui nous pend au nez. Au moins aux prochaines générations. A-Lan est donc le nom de la série mais aussi du robot qui va être le protecteur des deux jeunes héros que les BeKa ont mis en scène sur un dessin de Thomas Labourot (Aliénor Mandragor) qui a parfois des touches dignes de Munuera. Un trait dans le ton, souple, bien en main et qui colle parfaitement à ce récit qui accroche. Premier tome, le Secret de Wabisabi.

Le Secret de Wabisabi

Emoji a 17 ans, vit seul et a trois mères adoptives. C’est un roi de l’informatique, agoraphobe et doit faire un stage obligatoire dans le cadre de ses études. Ce qui ne l’enchante pas car il étudie la programmation pour ne jamais avoir à sortir de sa chambre. Il tente d’annuler le stage en allant faire un tour sur le Dark Web. Échec et danger. Il se résout à aller à son stage, croise Alalula la plus jolie fille de la fac, prend un taxi alors qu’un robot se fait flinguer sur ordre du Grand Troll patron du Dark Web. Emoji débarque devant une maison ancienne où tout marche comme autrefois. Huguette l’intelligence artificielle de la maison lui dévoile les raisons de ce stage finalement pas très officiel.

A-Lan

Un scénario qui va de surprises en découvertes. Il y aura bien sûr les révélations sur les origines d’Emoji, Nao la jeune fille qui est à l’origine de tout. Mais qui est-elle vraiment ? Le Grand Troll qui veut leur peau et bien sûr A-Dam que le duo va commander, améliorer pour les aider. Une aventure sur la solitude générée par les technologies actuelles, l’absence de contact humain mais rien n’est irréversible. Sans oublier Alalula qui va avoir un rôle à jouer. Les BeKa ont construit une histoire à laquelle on adhère et on prend plaisir. Tout public.

A-Lan, Tome 1, Le Secret de Wabisabi, Dupuis, 11,90 €

3.7/5 - (4 votes)