Nez de Cuir, Dufaux et Terpant adaptent De La Varende

En adaptant le célèbre roman de Jean de La Varende, Nez de Cuir, Jacques Terpant retrouve, après Le Chien de Dieu de Céline, Jean Dufaux. Terpant, lors d’une rencontre il y a un an sur ses terres drômoises, nous avait raconté la génèse de cette adaptation, dévoilé les originaux de ses planches. Dit comment Dufaux lui a proposé Nez de Cuir. L’album est sorti. Pour des raisons mystérieuses, mais après tout dans le ton, ce n’est que maintenant que Nez de Cuir a atteint notre regard. Pour mieux peut-être nous toucher, permettre une plongée sans retenue dans cette histoire d’amour incomparable. Terpant l’a mise en dessin avec toute la fougue, la sincérité et la talent qu’on lui connait.

Nez de Cuir

Roger de Tainchebraye est un brave qui se bat pour l’Empereur. Et va en porter à jamais les stigmates, coup de sabre en plein visage, défiguré à jamais. Hormis le médecin, sa mère et une autre femme dont ce sera la perte, personne ne verra jamais le vrai visage de Nez de Cuir, surnom qu’on donnera à Roger à cause de son masque. Pourtant, courageux, le brillant jeune homme semble renaître à la vie. Conquêtes nombreuses, chasses, les apparences sont trompeuses, la mort proche cependant puis écartée. Roger a une liaison avec Hélène, l’épouse de Josias, une brune piquante et ravissante. Un soir, Judith, nièce d’Hélène, vient la prévenir du retour de son mari. Nez de Cuir la raccompagne chez elle. Judith est sous le charme. La passion est là mais la jeune fille résiste. Son avenir est ailleurs, choisi par d’autres, au moins pour un temps.

Jacques Terpant
Jacques Terpant au travail sur une planche de Nez de Cuir. JLT ®

Tout est amour dans ce Nez de Cuir. Drame aussi bien sûr même si cet amour est précieux. Pourra-t-il résister à tout ? Le masque cache la part d’inconnue que l’on ne peut parfois pas livrer à l’être aimé. Il y a aussi l’honnêteté qui empêche la passion brûlante. De la Varende dépasse avec son roman, que Marc Allegret portera à l’écran avec Jean Marais, la simple histoire d’amour. Roger de Tainchebraye veut tout donner, savoir jusqu’où la belle Judith acceptera d’aller. C’est un parent qui avait inspiré à De La Varende son récit au ton très romantique qui ne pouvait que plaire au duo Terpant-Dufaux.

Nez de Cuir, Futuropolis, 16 €

Nez de Cuir