Conan le Cimmérien, Runberg et Jae Kwang imposent leur style

Conan le Cimmérien poursuit ses aventures à travers des adaptations BD confiées à un large éventail de scénaristes et de dessinateurs. Avec Le Peuple du cercle noir, on change de registre par rapport à la plupart des épisodes précédents dont le très bon opus signé par Virginie Augustin ou le non moins bon album de Didier Cassegrain. Sylvain Runberg a pris en charge Conan avec un dessinateur hors normes, Park Jae Kwang. Une vision particulière qui oscille entre grand spectacle asiatique et réalisme le plus flagrant pour une quête de vengeance sur fond mystique et ensorcelée. Le tout dans un environnement oriental qui effectivement peut laisser un peu pantois mais efficace.

Conan le Cimmérien

Il est en colère Conan. Avec des bonds de ninja excité, il découpe en rondelles ses ennemis mais sept de ses guerriers ont été pris en otage par les Kshatriyas. Pas question qu’il accepte une telle infamie. Mais leur roi, le jeune Bhunda Chand est en train de mourir sans qu’on sache de quoi. Ensorcelé en fait le roi par Khemsa, sur ordre de Kherim Shah. Un traître qui travaille pour le roi de Turan à la mort du roi des Kshatriyas. Pour mettre un terme à ses souffrances, sa sœur Yasmina l’achève. La magie des prophètes a encore frappé mais Yasmina veut tout savoir sur ce qui a provoqué la mort de son frère et se venger. Quant à Conan, ce sont ses hommes qu’il vient chercher à la pointe de son épée. Et au passage enlève la belle princesse.

Conan le Cimmérien

Du mouvementé en perpétuel mouvement, sans répit ni temps mort avec des expressions, des attitudes, des visages très accentuée. Les couleurs aussi sont dans le ton, du verdâtre pour la magie, des gros plans en pagaille et un découpage assez saccadé. Park Jae Kwang impose sa marque. Membre du studio coréen Superani, il est l’élève de Kim Jung-Gi (SpyGames). C’est un jeune auteur virtuose qui n’a rien à envier à son maître, on peut le voir dans cet album au style très personnel que Runberg a lui aussi marqué de son talent de scénariste. Un cahier bonus de 12 pages clôture cette édition.

Conan le Cimmérien, Le Peuple du cercle noir, Glénat, 14,95 €

Le Peuple du cercle noir