Conan le Cimmérien, La Fille du géant du gel, Robin Recht expose chez Huberty & Breyne

Un nouvel épisode de Conan le Cimmérien, la Fille du géant du gel, qui détonne et embarque dans un voyage d’exception. Non que les précédentes adaptations en souffrent à la comparaison, mais Robin Recht a fait très fort aussi bien en texte qu’en dessin dans ces aventures qui sont les vraies premières écrites par Robert Howard. Tous les détails sont à lire en fin d’album. Amour mortel pour Conan en 68 pages au souffle épique et pourtant à la sensibilité évidente. Comme toujours la violence est au rendez-vous mais pour justifier l’aventure, l’action, les sentiments plus ou moins troubles. Pas de pitié.

Depuis le 7 décembre au 12 janvier 2019, Huberty & Breyne Gallery Paris consacre une exposition à cet album de Robin Recht. À cette occasion, l’auteur propose un ensemble de 30 planches originales et quelques illustrations inédites de son adaptation de la nouvelle du romancier américain Robert Howard.

Conan le Cimmérien Les Nordheim sont revenus, hommes de guerre impitoyables. Les Aesirs et les Vanirs vont se battre sur le lac gelé et la fille d’un dieu, le Géant du gel, doit choisir parmi eux celui qu’elle lui présentera. A l’issue de la terrible bataille, la déesse à chevaux rouges fera son choix. Une étrange pulsion l’atteint, celle d’un étranger, un loup parmi les loups, un seigneur de la guerre. Il va affronter Heimdul. Conan est son nom. Heimdul s’apprête à le tuer quand Conan le devance. La déesse peut commencer sa danse de séduction. Conan la repousse. Il la prend pour une Vanir ennemi. Conan la poursuit au bout de ses forces mais tombe dans une grotte perdue. Déesse nue, la séduction est tangible. La dernière épreuve que Conan doit affronter le plonge dans un enfer d’eau glacée où flottent les cadavres des héros disparus tués au combat. A lui de retrouver la déesse qui va emmener à son père Ymir, le géant du gel, le cœur de Conan. Mais qui peut vaincre Conan ? Des titans en forme d’ours polaires géants ?

Un conte fantastique, une légende typiquement nordique atypique dans l’univers de Conan, il résiste à l’amour fatal, à sa perte d’indépendance finalement. Devenu un sacrifice humain sur la table d’un dieu sanguinaire, Conan évite le piège et tue les titans qui doivent lui arracher le cœur. La belle est humiliée mais Conan l’a marquée à jamais. Robin Recht a dessiné des pages en panoramique superbes comme le combat de Conan contre les ours monstrueux rythmé par les battements de son cœur. Un grande beauté dans cet album. Il faut aller voir l’exposition à Paris chez Huberty & Breyne.

Conan le Cimmérien, La Fille du géant du gel, Glénat, 15,95 €

La Fille du géant du gel