Conan, l’Heure du dragon, diabolique

La collection que consacre Glénat à Conan le Cimmérien s’est enrichie d’un titre surprenant, hors des sentiers battus de ce que l’on connait de Robert E.Howard. Avec L’Heure du dragon, Conan a en face de lui un ennemi tout puissant qui va lui faire perdre son trône. Mais il a du répondant le Cimmérien face à Xaltotun. Julien Blondel a bordé le scénario mais surtout Valentin Sécher au dessin fait passer le héros dans un autre monde, plus grandiose, tourmenté. On sait qu’il a signé les Méta-Baron et ce n’est pas rien. Une aventure noire, presque par moments désespérée, sanglante, tirée du seul roman dédié par Howard à Conan. Un vrai souffle diabolique.

L'Heure du dragon

 

Une coalition pour faire revenir à la vie Xaltotun de Python qui régnait sur Achéron mais plongé dans le sommeil noir. Trois hommes ont retrouvé son cœur, celui d’Ahriman et le mage ouvre les yeux. Mais il a une dette envers eux. Valérius d’Aquilonie, Amalric baron de Tor en Némédie, Tarascus frère du roi de Némédie veulent sa force contre leur ennemis et deux trônes, la vie d’un seul homme, Conan un Cimmérien. Les armées vont s’affronter, Conan est le dernier à éliminer. Xaltotun écrase son armée et il est fait prisonnier, jeté dans un cachot sans issue.

Conan le Cimmérien

On se doute bien que Conan a plus d’un tour dans son sac. Invincible mais atteint quand même car il a été vaincu tout en jouissant ensuite de complicités inattendues. Il va affronter le monstrueux Grand Gris, et tenter de reconquérir son royaume. Avec des alliés improbables et des traîtrises diverses. Une histoire sombre dans tous les sens du terme, couleurs comprises, une superbe scène sur une galère, des paysages qui marquent l’esprit, cet épisode est l’un des meilleurs de la série.

Conan le Cimmérien, L’Heure du dragon, Glénat, 17,50 €

3.5/5 - (6 votes)