Le décès d’Hubert scénariste de Miss Pas Touche, des Ogres Dieux ou de Monsieur Désire

La série noire continue et c’est avec beaucoup de tristesse que l’on vient d’apprendre des éditions Glénat le décès d’Hubert Boulard, dit Hubert, âgé de 49 ans. Il était parvenu en quelques années à se propulser par son talent, sa diversité et son sens très fin de la narration parmi les meilleurs scénaristes. On venait juste de découvrir son dernier album Peau d’homme réalisée avec son ami Zanzim. Sans oublier le récent Boiseleur avec la montpelliéraine Gaëlle Hersent. Hubert était aussi un remarquable coloriste.

Hubert
Hubert. Photo Chloé Vollmer-Lo / Soleil ©

Hubert était l’auteur des séries Le Legs de l’Alchimiste (dessin d’Hervé Tanquerelle et de Benjamin Bachelier, Glénat), Les Yeux Verts (dessin de Zanzim, Carabas) ou encore Miss Pas Touche (dessin de Kerascoët, Dargaud). Sa série Beauté, éditée chez Dupuis, avait été sélectionnée au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en 2012 et primée du Firecracker Alternative Book Award Best graphic novel 2015 aux États-Unis. Pour la collection 1000 Feuilles de Glénat, dont il était l’un des piliers, il publie La Chair de l’Araignée et La Ligne Droite avec Marie Caillou, La Nuit mange le jour avec Paul Burckel, ainsi que le diptyque Ma Vie Posthume dessiné par Zanzim. Hubert a également supervisé l’ouvrage collectif Les Gens Normaux chez Casterman. Fin 2014, il signe le superbe Petit chez Métamorphoses, premier tome de la sériede l’incomparable Les Ogres-Dieux dessinée par Bertrand Gatignol. En 2016, il signe avec Virginie Augustin le très beau Monsieur désire ? chez Glénat. Scénariste de renom, Hubert a reçu en 2015 le prix Jacques-Lob pour l’ensemble de son œuvre. Il était aussi un coloriste réputé.

Hubert avait le calme et la sagesse d’un auteur ouvert, drôle, cultivé, à l’instinct créatif. On se souviendra aussi de l’homme militant et engagé, entre autres pour la défense des auteurs, et qui en toutes circonstances faisait preuve d’une grande élégance et d’une profonde gentillesse. Un grand scénariste nous quitte bien trop tôt.

3 Commentaires

  1. Ohhhhh………………. 🙁 … Pas trop de mots… , si ce n’est que ça m’attriste intensément. J’étais touché et impressionné par son incroyable créativité et la profonde sensibilité qui transparaissait dans toute son oeuvre, celle du scénariste autant que celle du très grand coloriste qu’il était…
    Plein de pensées…

  2. j’ai beaucoup aimé  » la sirène des pompiers « … quelle tristesse

  3. RIP Hubert on t’aime

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*