Shelton et Felter, dans la mélasse

Deux personnages qui forment un nouveau duo dans la veine de Sherlock et Watson, deux détectives d’occasion qui par la force de la déduction de l’un et de la carrure de l’autre se lancent sur la piste du crime dans un Boston à l’aube de la prohibition en 1924, Shelton et Felter inaugure une nouvelle série chez Kennes signée par Jacques Lamontagne. De l’humour, de la finesse et de l’action, les deux héros vont se retrouver dans une drôle de mélasse pour ce premier épisode séduisant sur le fond et la forme. Sortie prévue le 23 août.

Shelton et FelterIsaac Shelton est un boxeur repenti qui s’essaye au journalisme. C’est sur le lieu d’un fait-divers qu’il rencontre Felter un libraire de petite taille, un brin hypocondriaque mais qui a un sens de la déduction capable de lui faire résoudre les pires énigmes. Shelton propose à Felter une association si un crime sans coupable se présente. Ce qui arrive vite. Un juge est retrouvé mort les poumons remplis de mélasse. Les deux complices commencent leur enquête quand un second cadavre est retrouvé noyé cette fois dans un bain de mélasse. Est-ce que ces affaires auraient un lien avec la catastrophe de 1919 à Boston (véridique) où une citerne de 9 000 000 de litres de mélasse avait explosé en plein centre ville causant la mort de nombreux habitants ? D’autant qu’auprès de chaque cadavre il y avait un rivet provenant du réservoir ?

Une intrigue bien ficelée comme on dit avec des rebondissements, une progression qui est toujours appuyée sur des détails qui n’échappent pas à Shelter, des manipulations, les idées farfelues de Shelton, Jacques Lamontagne qui a mis dix ans pour sortir sa BD a eu raison de s’accrocher. Le ton est vif, les dialogues bien écrits sans rajouts inutiles. Un côté dans la tradition du polar urbain d’avant-guerre à la Agatha Christie ou Leslie Charteris père du Saint. Un cahier graphique clôture l’album et rappelle les bases historiques de l’histoire.

Shelton et Felter, T1 La Mort noire, Kennes, 14,94 €

La Mort noire