U.C.C. Dolores, Tarquin pour une belle odyssée cosmique

Didier et Lyse Tarquin nous offrent les débuts d’une réjouissante série en ce début d’année. Une jeune et belle nonne de 18 ans est rendue à la vie civile avec comme viatique un vaisseau spatial certes un peu vieux mais redoutable. La douce enfant va avoir besoin d’aide pour se lancer dans des aventures sidérales et sidérantes façon Star Wars revisitées par Valerian. Un coup de crayon à la Tarquin, superbe, à la Lanfeust bien sûr mais en plus personnel. Il signe cette fois le scénario et Lyse les couleurs. Un résultat de qualité évidente, sympa et mouvementé.

U.C.C. DoloresLe grand jour pour sœur Mony. A 18 ans les orphelines du couvent sont rendues à la vie active. A leurs risques et périls. Cadeau de départ, une boite avec des cailloux rouges, un pendentif, et à la prochaine. Dehors c’est une sorte de jungle cosmique, polluée et pas attrayante. Soudain, la boite se met à lui souhaiter un bon anniversaire et s’ouvre sur un papier qui lui demande de prendre soin de Dolores accompagné d’une clé. Un taxi plus tard, Mony débarque chez trois redoutables escrocs qui lui montrent son héritage, un vaisseau de guerre de l’ex-armée confédérée, vieillot mais encore opérationnel. Sauf que la gamine ne sait pas piloter ce genre d’oiseau. Il lui faut un pilote. Dans un bouge où se déroulent des combats à mort entre humains et robots, elle découvre un certain Kash en pleine action, sous le regard de son patron l’énorme Qarma à qui on l’apporte, elle, en cadeau. Pas content le Kask qui croit reconnaître en Mony une certaine Jessie.

On se doute que Kash et Mony vont former un duo d’enfer, la brute et l’ingénue qui ne demande qu’à apprendre. Tarquin multiplie les séquences, ajoutent des personnages dignes d’un western cosmique. Sans oublier la part de mystère nécessaire sur les origines de la belle qu’il lèvera peu à peu. Un space opéra bien fait, lumineux, et un passager clandestin atypique, bien trouvé pour l’odyssée de la Dolores. Des univers et des ambiances luxuriantes, un premier tome très agréable et un vrai moment de détente dépaysante.

U.C.C. Dolores, Tome 1, La trace des nouveaux pionniers, Glénat, 13,90 €