Gunblast Girls T2, round final

Elles ne sont pas au bout de leur peine les Gunblast Girls dans ce tome 2 qui clôture au moins (provisoirement ?) leurs aventures. Elles sont quatre avec des talents divers et du répondant à plus d’un titre. Zdenka, leur ex-chef a décidé de reformer son équipe. Crisse gère à tout niveau ce renouveau qui flirte avec aventure et fantastique car elles vont protéger une petite fille qui a des pouvoirs étranges et qui en plus est la fille du grand patron du consortium économique à qui il faut faire traverser les zones dangereuses de l’Alliance pour aller la cacher sur une planète paumée.

Koyaanisqatsi

Infinity Burbanks a de drôles de pouvoirs comme le démontre Saroumane, dont la possibilité de télétransporter ceux qui l’entourent avec elle. Mais elle manque de contrôle. Sur la planète au cœur creux elle devrait être à l’abri. La mission des Gunblast est théoriquement finie. Elles ont été payées mais pour repartir avec elles, Infinity leur avoue qu’elle sait où est la planète aux cristaux. Une richesse phénoménale. Mais sur leur piste il y a la police. Saroumane le mage donne des leçons à Infinity pour maîtriser ses pouvoirs. Elle émet une phrase curieuse, Koyaanisqatsi. On la repère grâce à ce mot bizarre et arrive des vaisseaux d’attaque. Il faut regagner la Limune mais un autre vaisseau intervient contre les agresseurs. Sans oublier des milices qui ont aussi des comptes à régler avec les Gunblast.

Gunblast Girls

Les personnages sont bien cadrés avec toujours ce coup de crayon sensuel de Crisse pour les héroïnes. Des méduses électriques, une vamp dans les années 50, un Indien givré qui a des points commun avec Infinity, il faut bien tirer tous les fils de cette histoire qui termine la série. On va regretter Zdenka, la Guêpe, Gretchen et Rodriguez et tous les rebondissements en Crisse majeur.

Gunblast Girls, Tome 2, Koyaanisqatsi, Le Lombard, 13,99 €