Liaisons dangereuses – Préliminaires T2, Isabelle entre en piste

Il y a des titres de romans qui parlent immédiatement à l’esprit. Qu’on les ait lus ou pas. C’est le cas des Liaisons Dangereuses, roman épistolaire de l’excellent Pierre Choderlos De Laclos publié au XVIIIe siècle, peu de temps avant la Révolution. Mais d’où venait le couple de ses héros, Valmont et la marquise de Merteuil ? Quelle avait bien pu être leur jeunesse, leurs origines ? Dans le premier tome c’était Valmont qui avait la vedette. Dans le second, c’est bien sûr la charmante mais énergique marquise qui tient la rampe. Et de belle façon, sans états d’âmes. Stéphane Betbeder au scénario et Djief au dessin ont choisi de répondre à ces questions dans ce préquel en trois albums. Attention les fauves sont lâchés.

Liaisons Dangereuses – Préliminaires Elle se confie à son confesseur la marquise de Merteuil. Elle lui a envoyé des lettres dans lesquelles elle se raconte. Sa voix va scander toutes les étapes de sa vie dont une enfance volontaire sous l’autorité d’un père jouer mais aimant. Isabelle prendra une seule fois des coups de canne. Pour se faire pardonner il lui offre, gagnée au jeu, une merveille grand format qui est censé la former à ses futurs devoirs. Sa mère est bigote. Dans un duel, son père se fait trucider. Il était perclus de dette. Ses créanciers vident le château dont la maison de poupée dont on ne lui laisse que son propre personnage en porcelaine. Elle est, avec sa mère, recueillie par son oncle à Paris, le baron de Choisy. Commence alors une première éducation sentimentale et politique pour lui permettre de briller en société. Le baron est un libertin qui veut veiller sur Isabelle devenue un jeune fille aux attraits certains. Instruite par son oncle, elle prend goût à son nouveau rôle de séductrice tout en se confessant régulièrement. A Versailles, elle se rode sous l’œil de Choisy.

Betbeder a remarquablement écrit son scénario et ses dialogues. On ne badine pas avec son texte, on s’y plonge et on en savoure les mots, les phrases. La scène du salon où Isabelle, une fois mariée au vieux Merteuil, va désintégrer en vol Voltaire, Rousseau et Diderot est un grand moment littéraire parfaitement soutenu aussi par le dessin de Djief. On se croit dans Ridicule avec Bernard Giraudeau. Elle a du chien Isabelle et une intelligence brillante. Elle va pouvoir être la suprême manipulatrice de Laclos. Et se jeter dans des torrents de plaisirs. Après l’amour, le corps. Une biographie ouverte sur son siècle, celui des Lumières que Betbeder a remarquablement mis en musique. On attend avec impatience le tome 3 où, à coup sûr, Valmont et Isabelle devraient se rencontrer.

Liaisons Dangereuses – Préliminaires, Tome 2, De l’amour et de ses remèdes, Glénat, 14,95 €

De l'amour et de ses remèdes