Le décès de Michel Koeniguer

On avait souvent rencontré Michel Koeniguer, souvent interviewé parce qu’on appréciait l’homme, l’auteur. Michel nous a quitté, à 50 ans, lui le passionné d’histoire contemporaine, capable de restituer dans tout leur objectivité les passages les plus difficiles de notre Histoire d’un trait réaliste impressionnant.

Michel Koeniguer
Michel Koeniguer. JLT ®

Né le 12 août 1971 près de Strasbourg, Michel Koeniguer avait ses premiers pas en BD avec Les derniers seigneurs publié en 2002 aux éditions Pointe Noire. C’est ensuite le passage et le début d’une longue collaboration avec les éditions Paquet de la trilogie Bushido à Brooklyn 62nd, avant de se spécialiser dans les récits de guerre dont The Bridge, les trilogies Bomb road et Misty Mission. Sa dernière série, peut-être la plus forte, très courageuse aussi par la difficulté du sujet, racontait le destin authentique des volontaires français dans la SS allemande qui allaient faire partie des derniers défenseurs de Berlin face aux Soviétique en 1945 sous le titre Berlin sera notre tombeau.

Il travaillait sur le tome 3. Il nous avait confié aussi un autre de ses projets : « Je prépare un scénario sur les combats de la poche de Colmar fin 1944. On en parle peu car on s’est focalisé sur l’offensive des Ardennes à la même époque ».

Les chroniques sur Michel Koeniguer n’ont jamais quitté le générique des articles les plus lus sur ligneclaire.info. Enfin on dira que Michel était un garçon adorable, qu’il était toujours un plaisir de rencontrer et qui va nous manquer. Comme à dit sur Facebook Romain Hugault, bon vol Michel. Et sois en paix où que tes ailes t’aient portées.