Châteaux Bordeaux et In Vino Veritas, Glénat diversifie ses terroirs

Le vin est devenu une valeur sûre, en BD aussi. On est à l’époque des vendanges, et la thématique est à l’honneur. Chez Glénat après le sublime Chroniques de la vigne de Fred Bernard, la suite de Châteaux Bordeaux (le 4) vient de sortir accompagnée du premier tome d’une nouvelle série, In Vino veritas à cépage italien. Le tout sous la signature au scénario de Corbeyran et avec des femmes de cœur pour héroïnes.

Châteaux Bordeaux C’est toujours la guerre dans le Bordelais. Alexandra tente de relancer son domaine et est persuadée que Louis Dorgemont est à l’origine de la mort de son père. Elle engage une nouvelle équipe qui doit vinifier correctement sa nouvelle production mais l’un des propriétaires de ses parcelles souhaite les reprendre à son compte. Elle a, en prime, le fils de Dorgemont aux basques. Son frère qui va devoir divorcer risque de vendre le domaine dont il est actionnaire. La belle Alexandra n’est pas sortie d’affaire. Sauf si elle peut créer une nouvelle cuvée sur des vignes oubliées.

Une saga vigneronne bien tournée avec tout ce qu’il faut dans la tradition des séries TV, Corbeyran mélange astucieusement action et savoir vinicole. On se bonifie en lisant ce Châteaux Bordeaux dessiné par Espé. Quelques petits détails à améliorer mais le dessin se tient bien dans l’ensemble.

Châteaux Bordeaux, Tome 4, Les Millésimes, Glénat, 13,90 €

In Vino Veritas Direction l’Italie pour In Vino Veritas. Une brune encore, Tessa qui lutte contre son frère Lionello alors qu’enfants ils étaient inséparables. Avec les années les deux jeunes gens se sont éloignés et n’ont pas la même vision de leur métier de viticulteur. Lionello a réussi. Tessa, exigeante, se bat pour un vin plus élitiste et de qualité. Ils vont hériter du domaine de leur grand-mère qui souhaitait qu’ils se réconcilient et l’exploitent ensemble.

Un premier tome qui va rapprocher France et Italie car on reparle de Bordeaux en Toscane. Toujours une saga avec ses drames, ses coups tordus et ses réconciliations. On reste dans une veine assez semblable pour les deux cuvées qui se laissent boire avec plaisir. Luca Malisan est dans la lignée de Wachs ou Vallès.

In Vino Veritas, Toscane, Tome 1, Glénat, 13,90 €