La BD en classe, les monstres ouvrent le bal

Une initiative intéressante du Syndicat National de l’Édition qui se tourne vers la BD. On peut constater que la jeunesse, loin de délaisser la bande dessinée au profit d’autres pratiques culturelles, manifeste un réel engouement pour la BD : 40% des BD Jeunesse achetées sont lues par des 10-14 ans et 27% par des enfants de moins de 10 ans, tandis que 36% des Mangas vendus en France sont achetés par des 15-29 ans (source : étude SNE-GfK, juin 2019). D’où le lancement de cette nouvelle collection, La BD en classe. Elle regroupe autour d’une thématique un dossier enseignant et un carnet élève conçus pour l’ensemble des professionnels œuvrant en milieu scolaire, éducateurs, accompagnateurs, documentalistes et enseignants. Premier livre, les monstres sont de la fête.

La BD en classe On sait que 2020 sera l’année de la BD en France. Raison pour laquelle le groupe Bande dessinée du SNE s’engage en faveur d’une intégration plus forte de la BD dans les parcours scolaires après avoir consacré une étude sur la place de la BD à l’école. Ces publications, un livret enseignant et un autre pour l’élève, adaptées au cycle 3 (CM1, CM2, 6e) rassemblent des ressources pédagogiques et des extraits de bandes dessinées de toute nature, franco-belge, internationale, manga, afin d’articuler le plaisir de la lecture avec la découverte d’œuvres littéraires graphiques. Leur conception a rassemblé des professionnels du livre et de la médiation, et la rédaction du dossier a été confiée à des professeurs des écoles et des maîtres formateurs.

Chaque année une thématique nouvelle sera proposée en lien avec les programmes scolaires. Pour ce premier numéro, c’est le thème des monstres qui a été choisi. Un thème fort car permettant l’accès à la différence, le retour sur une épopée comme l’Odyssée, l’humour, un retour aussi vers la nature, la monstruosité comme une chance, ce sont dans des albums que les élèves vont pouvoir développer leur approche du sujet. Le livret élève (112 pages) est largement illustré par des planches, celui des profs (48 pages) par des fiches d’albums, des fiches techniques. Autant dire que cette expérience novatrice et bienvenue devrait avoir des suites.