Cromwell expose Anita Bomba chez Maghen

Pas fréquentes les apparitions de Cromwell en exposition. D’où la chance de pouvoir le rencontrer et voir ses originaux à la galerie Maghen à Paris du 3 au 27 mai 2017. C’est à l’occasion de la sortie de l’intégrale de Journal d’une emmerdeuse (éd. Weekend on Mars / Akileos), que la galerie Daniel Maghen reçoit Cromwell pour une exposition consacrée à son héroïne Anita Bomba. Le vernissage de l’exposition a lieu le jeudi 4 mai à partir de 19h.

Exposition CromwellComme le fait à juste titre remarquer le communiqué consacré à l’exposition, l’univers de Cromwell au ton décalé, provocateur et subversif ne laisse jamais indifférent. Ses récits corrosifs portés par un graphisme percutant font toute la richesse de son œuvre depuis la création de l’atelier Azylum aux côtés de Riff Reb’s (Hommes à la mer, Qu’ils y restent) et Qwak (Le Soleil des loups, Chasseurs de dragons). Cinq ans après sa dernière exposition, Cromwell présente plus de cinquante planches et illustrations autour de son personnage phare, Anita Bomba. Son travail tout en nuances exploite une palette de couleurs restreinte accentuée par un encrage puissant. Il bouscule avec brio les codes du 9e Art par des effets de matière denses aux textures accrocheuses. Sa technique, mélange d’acrylique et d’encre de Chine, confère une profondeur singulière à son œuvre résolument punk.

Anita Bomba
Une des planches de Cromwell exposée chez Maghen.

Voici la biographie de Cromwell éditée par Maghen :
un provocateur dans l’âme, fils d’officier de la Légion Étrangère. Interdit de bande dessinée, il séjourne chez les Jésuites puis à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, où il s’écarte vite de la voie tracée par son père. Après une aventure chez les paras, il intègre l’École des Gobelins. Un an et demi plus tard, le monde du dessin animé s’ouvre à lui, et il y invite Riff Reb’s. Ensemble, ils créent l’Atelier Azylum. En quelques années, il est devenu l’un des chefs de file d’une nouvelle école de bande dessinée, mêlant habilement un graphisme habité et novateur à un discours souvent corrosif, subversif  avec Le Bal de la Sueur, Minettos Desperados, Anita Bomba, Le Dernier des Mohicans.

Galerie Daniel Maghen, 47, quai des grands Augustins 75006 Paris
Du mardi au samedi de 10h30 à 19h
Vernissage le 4 mai à partir de 19h