La Princesse des Glaces, histoires de familles

Un polar scandinave adapté du roman de Camilla Läckberg, La Princesse des Glaces, c’est le redoutable travail d’enquête d’une jeune femme sur la mort de son amie d’enfance. Dans une petite ville de Suède les langues vont se délier et toutes les vérités ne seront pas bonnes à entendre. Olivier Bocquet et Léonie Bischoff sont au pupitre et battent la mesure.

La Princesse des glaces Elles ont passé leur enfance ensemble et étaient les meilleures amies du monde. Erica et Alexandra ne se retrouveront que bien plus tard dans leur petit village. Erica gère la succession des ses parents. Alexandra meurt dans sa baignoire. Erica accepte d’écrire un texte sur celle qui était sa meilleure amie. Mais Alexandra s’est elle vraiment suicidée ? Erica va faire le tour de la famille et découvrir qu’Alexandra tenait une galerie d’arts. Et qu’elle était enceinte. Avec l’aide d’un ami inspecteur de police Erica poursuit son travail dans une ville où tout appartient à la riche Nelly Lorenz.

Il y a une vraie ambiance dans ce polar tout à fait dans la lignée actuelle de la littérature suédoise. Des histoires de famille qui tournent mal, des secrets cachés, des personnages tourmentés, Olivier Bocquet a le talent qu’il faut pour nous plonger dans une adaptation très travaillée. Pas une trace d’humour, la vie à l’état pur sous un climat froid dans lequel se sont plongés les auteurs pour leurs repérages. Une enquête pointue et grave que l’on suit avec plaisir.

La Princesse des Glaces, Casterman, 19 €

La Princesse des Glaces