Interview : Sylvie Roge et Olivier Grenson pour la descente aux enfers d’une Fée assassine

Une histoire familiale dramatique qui va exploser le soir de Noël sous sa forme la plus tragique, La Fée Assassine est une lente descente aux enfers. Elle finira dans le sang. Mais alors pourquoi, comment une mère, ses deux filles jumelles qui s’aiment Fanny et Tania, ont-elles pu en arriver à ce paroxysme de violence et de haine ? Sylvie Roge et Olivier Grenson, scénariste et dessinateur mais aussi couple dans la vie, ont bâti ce parcours et ont répondu ensemble aux questions de ligneclaire.info sur la génèse de ce thriller très dur et efficace, bouleversant. Sylvie Roge et Olivier Grenson seront présents au Festival BD de Viviers les 5 et 6 juin 2021. Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC.

Sylvie Roge et Olivier Grenson
Sylvie Roge et Olivier Grenson. Marie Tercafs ©

Sylvie Roge, Olivier Grenson, voilà un album, La Fée assassine au scénario hors normes qui évoque des sentiments peu connus à travers la gémellité. Il y a un vrai suspense et une violence extrême. Qu’est-ce qui vous a poussée à écrire La Fée, Sylvie Roge ? Cela a été difficile ?

S.R : J’ai travaillé sur ce scénario pendant plusieurs années et cela ne m’a pas paru difficile. C’est un puzzle, avec ses blocages, que je reprenais de temps en temps après des pauses.

La Fée AssassineDonc cette histoire vous est venue petit à petit ? Quel est le point de départ ?

S.R : J’écrivais depuis des années dans mon coin. J’ai travaillé en pédiatrie et en gynécologie. Les relations entre mère et enfant, entre sœurs, me tenaient à cœur. La gémellité me semblait aussi très intéressante, un sujet très peu exploité. Depuis que l’album est sorti, j’ai beaucoup de jumeaux en dédicace touchés par mes descriptions. Ma propre mère était jumelle avec mon oncle. Cela a pu m’inspirer. Mais c’est très différent quand ce sont deux filles qui sont jumelles.

On y reviendra. Olivier Grenson, la scénariste vous est proche, vous êtes un couple. Comment avez-vous travaillé ensemble ? Vous êtes dit que l’idée était bonne et que c’était une occasion à ne pas manquer ?

O.G : Ce qui est sympa est qu’elle n’a pas écrit pour moi sous prétexte qu’elle avait un dessinateur à la maison. Je l’ai laissée faire pour voir comment cela allait évoluer. J’ai lu le synopsis complet et j’ai trouvé que c’était une bonne histoire. Elle voulait la transformer en BD. Je lui ai conseillée de faire un découpage. Mais je ne pensais pas la dessiner. Ce n’est qu’après que j’ai découpé les premières planches que j’ai commencé à dessiner, pour voir ce que cela allait donner. Sans savoir que je la ferai totalement. On n’a jamais pensé travailler ensemble. Je me suis investi, je me suis mis à la place des jumelles et j’ai aimé. La création des personnages m’est venue naturellement et j’ai continué. C’était devenu une évidence.

S.R : Mais on peut continuer avec plaisir (rires).

Vous êtes un couple fusionnel. C’est plus simple dans votre cas ou plus compliqué de travailler ensemble ?

O.G : C’est paradoxal car on se connait bien. Malgré moi je sentais où les personnages allaient répondre à ses attentes. Plus compliqué parce qu’on en parlait tout le temps. Même encore aujourd’hui on continue, car elle a ses exigences, ce qui est normal.

La Fée Assassine
Tania et Fanny. Olivier Grenson ©

Cela peut investir une vie de couple en effet. Vous portez une envie partagée qui peut déborder.

S.R : Dans le bon sens, avec une vraie complicité dans un couple qui a trente ans.

Vous ne fermez donc pas la porte à une nouvelle collaboration ?

S.R : Je suis prête et j’ai le scénario découpé. J’attends Olivier. Mais il est très pris donc je continue à écrire de mon côté.

Revenons au sujet très atypique. Sans dévoiler l’intrigue qui rebondit, on sait qui est le meurtrier au départ, il y a un mélange de causes avec une forte montée en puissance.

S.R : Fanny voit rouge et sa sœur Tania est l’élément modérateur qui est là au mauvais moment. Il y a de la souffrance et leur mère malheureuse joue la carte de la rivalité entre ses filles qu’elle considère comme responsables de sa solitude amoureuse.

La Fée Assassine
Une mère sorcière. Olivier Grenson ©

On démarre par une violence rare dans le vif du sujet, une mère frustrée sentimentalement qui est devenue la sorcière de Blanche Neige.

S.R : Elle n’est devenue ce qu’elle est qu’à cause de sa fracture amoureuse. C’est insidieux. Il y a un traumatisme par la blessure de la mère qui se retrouve seule. Et c’est crescendo, petit à petit, la mère attaque la complicité de ses filles comme celle des autres membres de la famille. Il faut qu’elle détruise tout ça. Elle hait leur bonheur.

On démarre par la fête familiale par excellence, Noël, et on dérape. Ce qui est astucieux. Graphiquement comment avez-vous trouvé vos personnages Olivier ?

O.G : Noël c’est symbolique. J’ai ressenti tout ça comme un conte moderne. Il y a le sapin qui clignote en lien avec le déclic de la folie. Je ne me suis pas posé de question pour les personnages. Je voulais mettre en avant le côté visuel des jumelles comme dans Shining. Poltergeist, le Village des damnés, il y a des images dans l’inconscient collectif. La mère, c’est venu dans le découpage sans que j’aie à faire beaucoup d’esquisses. Ensuite tout dépend comment je cadre, les détails. Comment je vais les faire vieillir selon les flashbacks. J’aime bien ça.

La Fée Assassine
Et deux petits chaperons rouges. Olivier Grenson ©

L’élément modérateur, c’est l’oncle des jumelles et son épouse avec leur joie de vivre, leur amour pour elles. C’est très noir votre histoire sans parler du clou qui ferme définitivement le cercueil de cette histoire.

S.R : Oui mais il fallait que je trouve les bonnes réponses et j’ai étudié simplement le cas.

O.G : Cela devait être crédible, sans artifice inutile et amené sans que ce soit didactique. Comme le parcours musical final.

Quand Olivier terminait des planches vous en parliez ?

S.R : J’ouvre la porte de son bureau et je regarde quand il travaille. Je suis en directs (rires). Il a eu une très bonne perception de ce que j’avais en tête, le fil conducteur avec la couleur rouge. Je n’ai jamais été inquiète.

O.G : J’essaye toujours un peu de me réapproprier le scénario. J’ai été surpris de voir à quel point Sylvie savait ce qu’elle voulait. Elle a conçu son scénario comme un puzzle. Si on touche à une pièce c’est dangereux. J’ai apporté des doubles pages, la mère en sorcière par exemple.

La Fée Assassine
Olivier Grenson ©

L’avocat de la jumelle meurtrière va démêler peu à peu les fils de l’intrigue. Elle a quand même connu le pire Fanny, toute sa vie.

S.R : L’avocat est peu à peu en empathie avec elle quand il l’écoute. Il va lui trouver des circonstances atténuantes. Toutes les mères ne sont obligatoirement heureuses d’être enceintes. On ne le sait pas et cela laisse des bleus à l’âme. C’est humain de garder des choses en soi et la pression fait tout exploser. En plus à Noël souvent les gens se disent leurs quatre vérités. On claque la porte parfois. Ce qui rend l’histoire très humaine.

O.G : c’est typique des traumatismes enfouis. Il suffit d’un déclic pour que tout resurgisse et submerge tout comme un raz de marée. Ce ne sont pas que des effets scénaristiques. Ce sont des moments de vie qui s’accumulent et provoquent les faits dans toute leur violence incontrôlable. Il y a des zones d’ombre et les lecteurs ont suivi les personnages.

La Fée Assassine
Olivier Grenson ©

On est dans un thriller noir. Vous évoquez aussi le destin tragique des Demoiselles de Rochefort, deux sœurs jumelles jouées par Catherine Deneuve et Françoise Dorléac qui s’est tuée. Elles étaient vraiment sœurs. Et ensuite ?

S.R : Ma prochaine histoire sera plus légère mais ce qui m’intéresse c’est avant tout la psychologie de mes personnages.

Et si une des jumelles avait eu un enfant ?

S.R : Ça aurait été un autre livre et une autre histoire.

La Fée Assassine

Sinon Olivier Grenson, quelle est votre actualité ?

O.G : Je travaille sur deux projets. J’avais décidé début 2020 de faire un dessin par jour avec le même personnage dans un agenda. C’est devenu le Nageur solitaire en parallèle avec le confinement mais qui en reste détaché. Ce n’est pas du dessin de presse. C’est poétique, onirique avec une histoire. En août je me suis dit que cela pourrait faire un album qui devrait paraître en fin d’année.

Autre projet, un one-shot prévu depuis longtemps après La Douceur de l’enfer. J’avais écrit deux histoires. J’ai fini Koda, XIII Mystery. Je travaille sur une histoire qui est en moi depuis longtemps et j’avance bien. Au départ c’était un conte philosophique qui a évolué. Cela se passe en 1940 à Londres sous le Blitz, les bombardements allemands. Une petite fille va se perdre et sera prise en charge par un monsieur qui lui raconte une histoire pour lui faire oublier ses peurs. J’ai eu besoin d’une grosse documentation. J’ai commencé à dessiner les premières pages. Cela fera plus de 100 pages et le titre pourrait être Le Partage des mondes en rapport avec la conférence de Yalta, la création des deux Allemagne.