Léviathan, Marseille cible d’une intelligence E.T.

LéviathanBonne mère, la Canebière et les calanques sous un tsunami. Marseille a eu le tremblement de terre du siècle. Enfin ce n’est pas vraiment ça. Dans Léviathan ils vont être quatre à faire cause commune pour affronter l’impensable, un flic, une psy, une infirmière et un croque-morts. Chaude ambiance et le pire est à venir. Brunschwig et Ducoudray après Bob Morane sur le dessin de Florent Bossard ont signé un thriller très innovant et bien balancé.

Les Premiers jours
Bossard ©

Marseille va soigner ses plaies. 5000 morts suite à des tremblements de terre, un tsunami. Des enfants orphelins, des évacuations arbitraires, l’armée qui boucle certains quartiers et disposent des tanks canons pointés vers le large, une météorite gigantesque au large du Vieux Port dévasté, les tensions politiques et religieuses sont aussi de la fête. Les pompes funèbres font la collecte des cadavres mais quant ils ont une balle en plein front la météorite n’y est pour rien. Et si en plus elle a été violée l’inspecteur Farid retrouve ses réflexes. Sauf que désormais plus possible de quitter la zone et la météorite semble évoluer dans sa forme. Elle est vivante, en pleine forme.

Ce Léviathan a une belle carrure qui donne une envie certaine de savoir la suite. Le choix des héros est aussi judicieux. Les enfants, le flic revenu de tout, la psy et ce croque-mort qui intrigue. Le choix de Marseille pour cette version mixée de La Guerre des Mondes et de Mars Attack a de belles qualités dont un dessin qui colle bien à l’action hyper-réaliste.

Léviathan, T1 Les Premiers jours, Casterman, 14,50 €