Iconoclaste, drôle et un défi à l’Ombre Mauve pour Bob Marone

Sacré Bob ! De quoi faire se retourner dans sa tombe Henri Vernes et les éditions Marabout réunis. Bob Marone est de retour avec son fidèle et tendre ami Bill Galantine, écossais pur jus qui donnerait sa vie et bien plus pour son patron. Bob Marone a un ennemi, l’Ombre Mauve, et un allié, le neveu de ce méchant, Guy Mauve, amoureux du commandant (Morane était commandant dans les romans de Vernes et ancien de la France Libre). Il fallait oser et avoir tout l’humour de ce pince-sans-rire de Yann flanqué de Conrad au dessin pour parodier un héros sans peur et sans reproche, en faire une caricature savoureuse certes mais hors contrôle. Enfin presque.

Bob MaroneDans ce tome 2 qui est en grande partie une réédition mais complétée par une histoire inédite avec Yoann au dessin, Bob Marone joue Tintin au Tibet. Et se fait (entre autres) kidnapper par la Migou, le Yéti, l’abominable homme de neiges qui va avoir un faible pour Bill. L’Ombre Mauve est aux aguets. Son neveu aussi qui écrasera une larme quand Bob s’évadera. L’Afrique ensuite pour les deux amis et une belle sauvageonne avant d’aller sur la lande chasser un héritier du chien des Baskerville style XXL. Les petites filles comme les surnomment toutes le Bob (idem dans les romans) sont des garces finies. Seul Bill trouve grâce aux yeux (!) de Bob.

Yann s’est totalement lâché dans ces histoires qui datent des années 80 puis dans Fluide en 2000. Les dialogues sont drôles, qui plus est si on a été un lecteur de Bob Morane et de Bill Ballantine. Un détournement, voila comment on peut qualifier cette série iconoclaste qui colle assez avec le style des bouquins désormais un peu oubliés. Un bel album à dos toilé avec la typographie d’origine.

Bob Marone, Tome 2, Un parfum de yétis roses, Dargaud, 19,99 €

Un parfum de yétis roses