Bartleby, un scribe révolutionnaire

C’est une nouvelle d’Herman Melville qui avait fait grand bruit à sa publication en 1853. Bartleby est un jeune scribe ou employé aux écritures chez un notaire de Wall Street, le mythique quartier aux affaires new-yorkais. Un beau jour, Bartleby annonce qu’il aimerait mieux pas faire ce que lui demande son patron, sans un mot de plus, sans sourciller. Tout glisse sur ce Bartleby énigmatique. José-Luis Munuera s’est emparé de ce texte, l’a mis en scène, en images proposant une des œuvres que l’on attend sans y croire, riche, intelligente, qui interroge aussi sur la limite entre l’incompréhensible, voire l’absurde mais surtout, pourquoi pas, une attitude nouvelle pour lutter politiquement. Munuera a, avec courage, relevé le défi de faire rentrer Bartleby le scribe dans la danse effrénée des sorties fort multiples qui s’accumulent. On en dira que Bartleby est un cas d’espèce plus que séduisant, une révélation, à laquelle on souhaite un vrai succès mérité en tout point avec un dessin qui rend Wall Street, monstrueux maître du monde, angoissante au possible.

Bartleby, le scribe

Bons citoyens, ou héros, patriotes qui ont une conscience et s’opposent à l’état ? Le notaire n’a qu’une réponse : la vie la meilleure est la plus facile. Revenu à son étude il retrouve ses employés Turkey et Nippers quand se présente Bartleby envoyé par la ville. Il sera son nouveau commis aux écritures. Le notaire se rend vite compte des qualités du jeune homme. Lors de ses promenades avec un ami dans les rues de New York il raconte comment Bartleby travaille isolé mais fort bien. Jusqu’au jour où on lui demande de relire en groupe une de ses copies d’acte. Il répond « Je préférerais pas » et continue ses autres tâches. Peu à peu, sans que que son patron n’y puisse rien, le scribe se déconnecte de toute activité à l’étude toujours en disant qu’il ne préfère pas faire ceci ou cela. Panique à bord.

Bartleby, le scribe

Melville trace la lente montée en puissance de ce qui pourrait être une résistance par l’absurde. Son héros ne refuse pas, il ne préfère pas. Tout est dans la nuance même si le résultat certes non violent est aussi fort. Désarmant Bartleby, sorte de messie qui pourrait bien faire des émules donc devient dangereux dans un monde, celui du capitalisme effréné qui domestique ses ouailles. Un révolutionnaire pacifique, Munuera l’a bien compris et a confié la préface à Philippe Delerm, auteur de Quelque chose en lui de Bartleby. La postface signée Alex Romero traite de la société, celle qui change, oblige à une remise en question vitale. Et si nous ressemblions à Bartleby sans vraiment en être conscient, moulés dans des certitudes imposées contre lesquelles lui a voulu se révolter en silence ? Un album très fort, un des meilleurs de cette année 2021.

Bartleby, Le scribe, Une histoire de Wall Street, Dargaud, 15,99 €

Une histoire de Wall Street