Macron, l’an 1, gouverner un salmigondis

Et oui, un an déjà qu’Emmanuel Macron est à l’Élysée. Alors qu’il vient d’aller faire un coucou à Donald Trump à Washington, que la SNCF n’en finit pas, cheminots et CGT aidant, de faire la gueule et de se croire intouchables sans oublier les rois du ciel qui vont mettre Air France en berne, que les étudiants des filières es-chômage occupent les facs, voici que sort un album à la fois satirique, politique sur cette première année du consulat. Non, pardon de la présidence. Macron, l’an 1, c’est une balade dans les arcanes du pouvoir auprès d’un homme d’exception ce qui ne veut pas dire exceptionnel mais quand même. Faut bien avouer qu’il a un autre charisme, une autre ferveur et fraîcheur que les précédents locataires de l’Élysée. Retour sur ces 365 jours de règne avec Zef au scénario et Kak au dessin, Degreef aux couleurs. J-L. TRUC.

Macron, l’an 1Dès le départ il y a le côté mystique de Macron, il lévite, espère et tout ses concurrents sont dans les choux. Il pense et sa pensée est unique à tout point de vue. Étonnant non, comme aurait dit Desproges. Réconcilier les Français, entre eux ou avec qui ? Vaste programme dans un pays d’individualistes forcenés qui campent sur leurs droits en oubliant parfois leurs devoirs. Toute la famille très médicale d’Emmanuel établit le diagnostic des maladies de la France. Très drôle docteurs et soignable ? Le président en est sûr mais il va falloir serrer la vis, débloquer la société. Retrouver le bonheur mais pour des millions de chômeurs ce ne sera pas de la tarte. Trump et Macron, face à face main dans la main qui écarte une pellicule baladeuse d’Emmanuel (il est grave le Donald), Poutine qui s’en fout de la France comme un nouveau tsar. Et si dieu existait ? Il n’exclue pas Emmanuel car cela permet de choisir donc d’être libre. Voltaire-Macron, philosophie du pouvoir. Les énarques sont là comme avant, le labrador aussi, un tic des présidents. Et tout est à l’avenant. Il vire le chef d’état-major des armées et il n’a pas tort. Brigitte est là aussi, discrète, souriante, curieuse, efficace.

Qu’est ce qui fait courir Emmanuel Macron ? Réussira-t-il, on n’ose dire, à remettre la France sur les rails ? Quelques pages avec Fabrice Luchini bourrées d’humour. On le déguste ce Macron an 1 en se disant que finalement il est fort car il a aussi bridé la communication. Les éditorialistes en sont réduits à supposer. Fini les Sarko et Hollande bavards. Un florilège sympa qui apprend, débriefe et fait sourire dont la France ce salmigondis invraisemblable est aussi l’héroïne. A suivre car il y en encore pour quatre ans.

Macron, l’an 1, Pardon de vous le dire…, Éditions Rabelais et Massot, 15,50 €