Archives : Xavier Fourquemin, de Miss Endicott à Lord Harold

Il y a chez Xavier Fourquemin un indéniable parfum d’enfance, de fraicheur et d’enthousiasme pour les belles aventures. On a découvert le dessinateur avec Miss Endicott, puis avec Le Changeling. Ce sera ensuite Le Train des Orphelins (2012), Communardes (2016) et Le Cimetière des Innocents (2017). Il vient de publier le premier tome des aventures d’un jeune Lord Harold inspecteur de police sur les quais de la Tamise sous le règne de Victoria, presque un retour à Miss Endicott. Encore un ingénu. Sortie le 8 janvier 2020. Aussi n’a-t-on pas résisté au plaisir de publier quelques archives dont le compte-rendu d’une rencontre avec cet auteur qui a toujours progressé en douceur et en talent.

Xavier Fourquemin
Xavier Fourquemin

Miss Endicott juge de paix (2007)

Une Mary Poppins qui aurait préféré les bas-fonds à la société huppée de Londres, Miss Endicott en cette fin du XIXe siècle prend la succession de sa mère, la conciliatrice. Juge de paix du petit peuple, Prudence tout en assurant son travail de gouvernante évite les conflits et sait ne pas se laisser marcher sur les pieds. Même par les dangereux habitants des sous-sols londoniens. Beaucoup de fraîcheur dans ce diptyque signé par Derrien et Fourquemin. Les ambiances se choquent. On peut passer de la douceur familiale au fantastique le plus pur. Ce premier volet est une réussite.

Miss Endicott, Tome 1, Le Lombard Signé, 15 €

Le monde des fées du Changeling avec Dubois et Fourquemin (2008)

La légende du Changeling Xavier Fourquemin et Pierre Dubois ont cosigné La légende du Changeling au Lombard. Pierre Dubois est le magicien du monde des fées. Il était dernièrement chez Sauramps à Montpellier aux côtés du dessinateur Fourquemin, à l’occasion de la sortie au Lombard du premier tome de La légende du Changeling dont il a écrit le scénario. Avec Pierre Dubois, l’appréhension du folklore celtique dépasse le simple cadre du monde du roi Arthur, traditionnellement le plus connu du public. C’est avant tout le combat de la nature opprimée par les humains qui s’impose dans l’œuvre de Pierre Dubois. On va donc retrouver cette constante dans La légende du Changeling, dont le jeune héros, Scrubby, est un enfant des fées initié par un vieillard. Avec passion et bonhomie Pierre Dubois sait captiver ses interlocuteurs quand il raconte comment il a travaillé avec Fourquemin : « Je suis un écrivain, je raconte mon histoire comme une nouvelle mais c’est au dessinateur de cadrer et découper. » Jovial et malicieux Dubois a donné à ce Changeling un ton très particulier qui ne peut que séduire.

Quand Scrubby et sa famille quittent leurs landes du Dartmoore pour aller chercher du travail à Londres en pleine révolution industrielle il ne se doute pas qu’avec lui, les fées et autres gnomes pourraient bien se cacher là où il ne les attend pas. Le temps de la révolte face au mal est arrivé. Scrubby va la vivre en direct. Le dessin de Fourquemin, à qui l’on doit les aventures de l’étonnante et savoureuse Miss Endicott, est très codé. Ses personnages sont à la fois réalistes et facétieux, mystérieux à souhait quand nécessaire. « J’ai trouvé en Pierre Dubois un authentique écrivain qui m’a laissé toute liberté. Et je crois que nous avons su nous compléter à merveille. J’en suis déjà à la moitié du tome 2 et on devrait en faire cinq au total. » L’association des deux auteurs pour cette légende envoûtante est féerique.

La légende du Changeling, Chapitre 1, Le Mal-venu, Le Lombard, 15 €

Le Mal-venu