Assassine, une blonde vaut bien une brune

AssassineUn polar réédité certes mais qui a du noir jusqu’à l’âme. Un certain Davenport dont la femme glisse dans l’escalier, c’est bêta. D’autant que la suite sera compliquée. Assassine est dessiné par André Taymans en 2004 sur un scénario de Patrick Delperdange. Les éditions Paquet lancent un nouveau label, Place du sablon, et y glisse des classiques du patrimoine de la BD franco-belge. Cette nouvelle édition publiée à l’époque en noir et blanc chez Casterman a été mise en couleur.

Davenport est encore sous le coup de la mort de sa femme, une belle brune qui a glissé dans l’escalier. Sauf que sur des photos prises par une photographe de la fête des fous du patelin il voit sa femme à une fenêtre alors qu’elle est morte depuis des mois. Dans sa cave apparaissent de curieux messages sur le mur. Et un bizarre brûle des poupées en bois pour essayer de le désenvouter car la femme de Davenport serait un fantôme. Qui ressemble beaucoup à une chanteuse de cabaret.

Suspense oblige, on laisse Davenport à ses petites affaires qui vont lui pourrir la vie. Un joli pigeon Davenport. Une blonde vaut bien une brune. On se fait balader par Delperdange et Taymans. Avec plaisir.

Assassine, Place du Sablon, 16 €

Assassine