Les Femmes en blanc T40, pas d’essoufflement

Après Les Tuniques Bleues, série au long cours dont on a parlé récemment, voici un autre classique qui fête son quarantième album avec une jaquette de couverture qui est en fait un poster au verso. Raoul Cauvin est encore au scénario mais c’est Philippe Bercovici qui détaille les sourires crispés des Femmes en blanc. Elles se sont imposées alors que leur univers est plutôt du style anxiogène. Ce n’était pas évident de faire vivre, si l’on peut dire, une série qui se passe dans un environnement pas vraiment dédié à la plaisanterie. Pourtant, Cauvin et Bercovici ont réussi ce tour de force avec humour, tendresse et tact. Depuis quarante albums et dans Spirou, les Femmes en blanc ne s’essoufflent pas.

Les Femmes en blanc Elles ont de la constance, des envies, des souhaits, les infirmières ou les aides-soignantes. Mariette se serait bien vue vétérinaire. Un homme ou un animal se soigne pareillement sauf que Mariette c’est une tordue mine de rien. Elle part bien mais arrive en live. Faut bien rigoler. C’est comme ce brave docteur Minet qui se sert de sangsues pour résorber des hématomes. Pas idiot sauf que son patient somatise à la vue des bestioles se gaver de son sang. Il y aussi le patient qui a des hallucinations, sa femme décédée, son chien équarri. Mais les cafards, ils sont bien vivants. Sale bêtes. Les grèves, on connait, dans tous les secteurs mais le citoyen lambda il subit la colère des autres. Et si il se révolte, il va en tôle. La vie après la vie ? Vaste sujet avec la lumière au bout du tunnel, la sortie de son corps. Mais qui décide au final ?

Vous saurez tout sur la tique et comment éviter qu’elle ne s’accroche à votre épiderme pour vous contaminer. Le massage cardiaque n’aura plus de secret pour vous, ni le bouche à bouche. Les Femmes en blanc sont des pédagogues et sauvent des vies. En faisant rire leurs lecteurs, le tout assaisonné de bon sens. Une cure de bonne humeur, sans surprise. Cauvin et Bercovici sont rodés. Tout fonctionne sans essoufflement.

Les Femmes en blanc, Tome 40, Soufflez, Dupuis, 10,95 €

Soufflez !