Le Grand méchant renard, un sensible qui s’ignore

Ah, le goupil, un vrai roman à lui tout seul, une exception génétique, Benjamin Renner a donné vie à une erreur de la nature. Un renard qui adopte des poussins, devient leur mère et empêche que l’Ysengrin local, loup cynique et affamé, transforme la portée en quatre heures. Il y a tout dans cet album que l’on dévore évidemment. Humour, noir ou très british, sourire, tendresse, émotion, dessin caricatural ou réaliste, dialogues peaufinés, Renard est un sentimental qui s’ignore et on adore suivre sa reconversion.

Le Grand Méchant Renard Un renard pille les poulaillers. Enfin essaye surtout quand le chien du fermier est un vieux de la vieille à qui on ne la fait pas. Les poules sont combattives. Le lapin et le porcinet sont copains du malandrin qui ne rêve que de chair tendre et sans plumes. C’est du navet qu’il mange le plus souvent. Et puis il y a le loup, affamé lui aussi. Et qui va coacher son cousin rouquin. Pas la peine de croquer la poule. Il faut voler ses œufs, les couver, élever les poussins et, devenus grands, les bouffer. Pas si simple car les poussins ont un besoin instinctif d’une maman. La seule que le trio a sous la main, c’est maître Renard. Commence alors un joyeux délire sous l’œil attentif du loup, au regard noir, qui n’apprécie pas que Renard s’amourache de son futur dîner. Il les aime ses poussins, Renard, au sens propre du terme, quitte à doubler son compère et se réfugier dans le poulailler.

Des aventures savoureuses, un trait drôle, léger, pertinent, Benjamin Renner offre avec son Renard désabusé un vrai moment de plaisir. On a tous en tête un renard malin, goinfre, cynique. Cette fois Le Grand méchant renard a du cœur, de l’amour à revendre, pris au piège par trois poussins qui, eux, se prennent pour des méchants. Le contraste est rigolo, bien ficelé. Une suite ? Renard a de l’avenir mais peut-être sous forme d’histoires plus courtes. Si vous voulez en avoir plus allez sur le site des éditions Delcourt ou de Benjamin Renner.
Enfin, d’après le site catsuka, Benjamin Renner serait le réalisateur d’un spécial TV animé de 26 minutes développé par la société de production Folivari.

Le Grand méchant renard, Shampooing Delcourt, 16,95 €