Le Roman de Renart, Bruno Heitz raconte le machiavélique goupil

Une intégrale qui fait plaisir avec le retour du Roman de Renart sous la plume de Bruno Heitz. Le roman du goupil larron et machiavélique avait déjà paru en deux volumes. Les rassembler est un excellente idée car Heitz a un talent de conteur qu’il a adapté à l’un des plus célèbres personnage de la littérature du Moyen Âge dont on ne connaît pas vraiment les auteurs. Le Roman de Renart est un série de nouvelles écrites au fil des ans et rassemblées bien plus tard. Maître Renart ne recule devant aucune turpitude pour emplir sa panse et celle de sa petite famille. Avec humour.

Le Roman de Renart Ysengrin, le loup, a un pois-chiche dans le cerveau et trois beaux jambons. Renart n’a pas un sou, une femme et deux enfants. Un classique la lutte d’Ysengrin qui se prend pour l’oncle de Renart qui va lui voler ses jambons. Un malicieux doublé d’un charmeur, Renart continue, on sait la suite. Il y aura les anguilles et la queue d’Ysengrin gelée dans la glace du lac. Pauvre Ysengrin , il y laissera aussi ses poils et la peau du visage. Aucun scrupule le Renart parti sur les chemins et qui accumule les méfaits au point d’agacer Noble, le roi lion.

On se délecte à la lecture de cette mise en images ligne claire que Bruno Heitz a mis à sa sauce tout en conservant les grandes lignes de l’original. Ysengrin est une victime désignée, grande gueule et cruel. Renart peut l’être aussi. Lutte au couteau, trahisons, manipulations, pouvoir, le Roman de Renart est finalement très politique. On avait aimé aussi de Heitz dans une autre registre J’ai pas volé Pétain mais presque.

Le Roman de Renart, Gallimard, 14 €