Bruno Heitz, après Pétain, va faire enlever Simenon

Bruno Heitz était au dernier festival de Sérignan. Auteur du subtil et drôle, J’ai pas volé Pétain mais presque, son dernier album, après un De Gaulle au Petit Clamart dans le même ton, sa passion pour le roman de Renard, Bruno Heitz s’est confié à ligneclaire.info pour ses prochaines sorties.

Bruno Heitz
Bruno Heitz et J’ai pas volé Pétain. JLT ®

Bruno Heitz habite à Saint-Rémy de Provence, ce qui l’en en fait aidé et motivé pour l’un de ses albums, C’est pas du Van Gogh mais ça aurait pu. Une fois le ton trouvé et un héros parfois récurrent, Jean-Paul, il a décliné quelques personnages de la grande Histoire, de De Gaulle à Pétain, ce qui ne manquait pas de sens. « En fait c’est Pétillon qui m’a mis sur la piste de Pétain et la bande de bras cassés qui m’a inspirée pour l’album. Ils avaient piqué le cercueil en 1973 sûrement pour l’enterrer à Verdun », précise Heitz.

Ce qui pourtant n’a pas de lien direct avec son prochain album. « J’avais envie d’adapter un Simenon, un Maigret mais la protection des droits est telle que c’est difficile ». Bruno Heitz va donc contourner le problème : « Je vais rester dans la veine des autres titres. Simenon sera enlevé par des fans qui veulent qu’il se remette à écrire. Il avait en effet arrêté. Plus de Maigret, un drame pour les lecteurs. Donc on va voir si ils arriveront à le convaincre à moins que les rôles ne s’inversent ».

Carnet de Bruno Heitz
Les carnets préparatoires de Bruno Heitz. JLT ®

Simenon, séquestré Boulevard Richard Lenoir où évidemment habitait Maigret, va transformer ses ravisseurs en larbins. « Pris à leur propre piège » ajoute Heitz qui poursuit : « J’ai un autre projet en parallèle, adapter La Guerre des boutons, de façon fidèle ». A suivre. Des ouvrages que Heitz dessine dans de petits carnets en noir et blanc pour pouvoir les montrer à l’éditeur et les modifier si besoin quand il finalise les planches. Alors Simenon dans la foulée ? On attend avec impatience les nouvelles aventures du père du commissaire Maigret.

J’ai pas volé Pétain mais presque, Gallimard, 18 €

J'ai pas volé Pétain mais presque...